Kate Tremblay
Agence QMI

Les gangs de rue ont eu la peau de sa fille

Kate Tremblay

SAGUENAY - Les gangs de rue promettent une vie de luxe aux jeunes filles qu'ils recrutent, mais la réalité est très loin du rêve.

Une famille de Saguenay souhaite d'ailleurs mettre en garde les jeunes filles contre les promesses des proxénètes.

La multiplication récente des cas de jeunes filles qui fuguent pour devenir des escortes a poussé Nancy Gill et son conjoint, Guy Côté, à témoigner de leur histoire.

Leur fille a volontairement rallié les rangs des gangs de rue. Jessica Gill était attirée par l'argent et elle rêvait d'une vie de luxe.

«Elle avait vu des affaires sur internet et elle avait décidé de faire des démarches pour aller essayer ça avec une de ses amies», a raconté sa mère, Nancy Gill.

Elle est demeurée quelques jours à Montréal pour y travailler comme escorte, sans le dire à ses parents.

Les policiers ont réussi à la retracer et sa mère l'a ramenée à Saguenay.

«Elle m'a raconté ce qu'elle avait vécu et m'a dit qu'elle n'avait pas aimé ça, mais qu'elle n'avait pas le choix. Dès qu'elle disait qu'elle voulait partir, on la droguait davantage, a raconté Mme Gill.

«Elle est restée chez moi pendant deux mois. J'ai tellement prié, j'ai tellement tout fait. J'aurais voulu l'enfermer dans la chambre. J'aurais voulu mettre une barrure et lui dire que ça n'avait pas de sens. Tu es belle, tu n'as pas besoin de ça.»

Mais le goût du luxe et de l'argent l'a convaincu de retourner dans la métropole.

«La semaine avant qu'elle décède, j'avais dit à ma psychologue que j'avais peur qu'il lui arrive de quoi et que je ne sois pas là», a précisé la mère de famille de trois filles.

Elle avait vu juste, car après avoir vécu pendant deux ans des fruits de la prostitution, sa fille a succombé à une surdose de drogue.

«Quand les policiers sont arrivés à la maison pour nous l'annoncer, je pensais que c'était une blague, a-t-elle expliqué. J'ai tout de suite pensé que quelqu'un l'avait poignardé ou trop violé. Au début, j'avais tellement honte. Je me demandais ce que j'avais fait de pas correct», a poursuivi Mme Gill.

Nancy Gill et son conjoint ont choisi de témoigner pour encourager d'autres parents et dans l'espoir de faire comprendre aux jeunes filles que l'argent ne fait pas le bonheur.

«Je le fais pour Jessica, a précisé sa mère. Elle ne sera pas morte pour rien au moins.»

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos