Améli Pineda
Agence QMI

Gilles Deguire aurait droit à une prime de départ

Améli Pineda

MONTRÉAL - Malgré des accusations d'agression sexuelle sur une mineure, l'ancien maire de Montréal-Nord, Gilles Deguire, pourrait coûter aux contribuables montréalais au moins 124 494 $ en indemnité de départ, s'il en fait la demande.

M. Deguire, qui était maire de Montréal-Nord depuis 2009, ne partirait pas les mains vides à la suite de sa démission.

Conformément à la Loi sur le traitement des élus municipaux, M. Deguire a droit à une indemnité de départ qui comprend une allocation de transition et une allocation de départ.

M. Deguire aurait droit à une allocation de transition qui équivaut à sa rémunération de la dernière année, soit 124 494 $, selon cette loi provinciale. Sa prime ne peut dépasser son salaire de la dernière année durant laquelle il a été en poste.

À ce montant s'ajouterait une allocation de départ d'environ 29 500 $.

À la Ville de Montréal, on ne confirme pas le montant auquel aurait droit le maire, car ce dernier ne l'aurait toujours pas réclamé depuis sa démission, le 6 janvier dernier.

«Le Service du greffe ne procédera à aucun calcul et versement tant qu'il n'aura pas reçu une confirmation de la part de Monsieur Deguire de son intention de recevoir ses allocations. À défaut de réponse de sa part, aucune action ne sera posée», a indiqué Gonzalo Nunez, porte-parole de la Ville.

Même s'il fait face à de graves accusations, M. Deguire a le droit de réclamer cette prime.

M. Nunez, confirme que s'il y a demande, ces allocations lui seront versées car la Ville doit «respecter le cadre légal applicable qui est en vigueur présentement».

Le 20 janvier dernier, M. Deguire a été accusé d'agression sexuelle et de contact sexuel sur une mineure.

Depuis qu'il a démissionné, M. Deguire n'a pas fait de sortie.

Mardi, les appels du «24 Heures» à sa résidence sont demeurés sans réponse.

L'ancien maire, qui avait été policier au sein du SPVM pendant près de 30 ans, s'est fait élire pour la première fois sous la bannière d'Union Montréal en 2009.

Il n'a pas été possible de confirmer s'il perçoit sa retraite du SPVM.

Il a également été attaché politique de l'ancienne ministre libérale, Line Beauchamp, de 1999 à 2009.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos