Agence QMI

Deux cols bleus de Laval devraient être accusés d'intimidation

LAVAL - Les deux cols bleus arrêtés jeudi à Laval dans ce qu'on pourrait qualifier de crise au Service des travaux publics comparaîtront le 23 mars prochain et devraient être accusés de menaces, d'intimidation et de harcèlement.

Quatre superviseurs qui en avaient assez de leur manège ont décidé de porter plainte à la police.

Les deux cols bleus ont été suspendus vendredi dernier avec solde.

L'un d'entre eux est chauffeur de camion. On le dit violent et particulièrement agressif envers ceux qui osent le contredire.

Selon une ancienne employée qui a travaillé 24 ans à la Ville de Laval, Francine Larrivée, l'intimidation et le harcèlement durent depuis une dizaine d'années au Service des travaux publics.

«Ça a commencé en 2000, j'ai porté plusieurs plaintes. Ce pouvait être un coup d'épaule ou briser ma voiture. L'un d'eux a même déjà voulu me battre», a-t-elle confié, soulignant que sans l'intervention d'un superviseur, elle aurait reçu plusieurs coups.

«J'ai eu des menaces qui m'ont été faites à trois pouces du nez, il disait qu'ils auraient à l'usure ma tête et ma peau lui et son groupe, a-t-elle ajouté. Je pleurais en allant travailler, je ne voulais plus y aller.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos