Jasmin Dumas
Agence QMI

Coupable de voies de fait graves sur un bébé de 3 mois

Coupable de voies de fait graves sur un bébé de 3 mois

L'homme a reconnu avoir secoué le bébé à plusieurs reprises.Photo Fotolia

Jasmin Dumas

RIVIÈRE-DU-LOUP - Un homme de Rivière-du-Loup a plaidé coupable mercredi à six chefs d'accusation, notamment de voies de fait graves sur un bébé de 3 mois. L'homme de 40 ans a également commis des voies de fait et harcelé deux autres personnes.

L'accusé a pleuré tout au long de la lecture du récit des évènements par la procureure de la poursuite.

Selon son témoignage livré aux enquêteurs, il a secoué le bébé une première fois pour le faire cesser de pleurer. Après cette manœuvre, il dit avoir remarqué quelque chose d'anormal chez l'enfant. Il a paniqué et s'est mis à le secouer de nouveau pour le faire réagir, a-t-il raconté.

L'homme a reconnu avoir secoué le bébé à plusieurs reprises, en le prenant par les bras et même par les jambes la tête vers le sol.

Son avocate a mentionné au tribunal que son client regrettait ses gestes et qu'il admet avoir besoin d'aide.

L'ambiance était tendue mercredi matin dans la salle de cour. Les deux victimes et la mère du nourrisson assistaient aux audiences. Cette dernière a dit que son enfant se portait bien pour l'instant.

Toutefois, des séquelles risquent fort d'être détectées seulement dans quelques mois ou quelques années. Les résultats de l'imagerie par résonnance magnétique ont été déposés en preuve et un neuroradiologue est venu expliquer que des dommages cérébraux irréversibles avaient été causés. Des tissus sont détruits à tel point que l'hémisphère gauche de son cerveau est maintenant plus petit que le droit. Cette partie du cerveau sert notamment au langage et à la vision.

«Le juge a bien saisi, je crois, l'ampleur des séquelles et celles qui apparaîtront potentiellement ultérieurement. C'est ce qui était important de démontrer aujourd'hui», a déclaré la procureure de la Couronne, Me. Annie Landreville. Il est trop tôt pour dire avec certitude quelles seront les séquelles permanentes, mais les experts s'attendent fortement à ce qu'il y en ait, surtout au niveau de la vue.

Deux chefs d'accusation ont par ailleurs été abandonnés.

L'accusé est détenu depuis son arrestation, le 9 juin dernier. Il restera incarcéré.

Le juge a ordonné la confection d'un rapport pré-sentenciel. Les représentations sur sentence ont été fixées au 23 février.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos