Agence QMI

Il a poignardé son ami drogué pour sauver sa vie

Il a poignardé son ami drogué pour sauver sa vie

Les deux hommes avaient consommé une boisson hallucinogène à base lianes d'ayahuasca.Photo Flickr

WINNIPEG - Le Canadien qui a tué un touriste britannique au Pérou en décembre dernier a raconté à CTV Winnipeg qu'il n'avait pas eu le choix de passer à l'acte pour protéger sa propre vie et celles de deux autres personnes.

Joshua Andrew Freeman Stevens a dit qu'il avait tué Unais Gomes parce qu'il avait tenté de le poignarder durant une cérémonie impliquant des hallucinogènes.

«J'ai vraiment cru que j'allais mourir», a affirmé Stevens, ajoutant que le touriste britannique était un de ses amis et qu'il regrettait ce qu'il s'est passé.

Stevens a été autorisé à retourner chez lui à Winnipeg après le drame qui est survenu dans un lieu de retraite nommé Phoenix Ayahuasca, en pleine forêt tropicale, situé près de la ville d'Iquitos, au Pérou.

Il a expliqué que Gomes avait pris une double dose d'une boisson hallucinogène nommée ayahuasca, qui est utilisée depuis des siècles par des tribus indigènes en Amérique du Sud en raison de ses propriétés curatives. Il est par la suite devenu instable.

«Je pouvais l'entendre crier le nom de Yahweh et j'étais très préoccupé parce qu'il le criait, il le hurlait à pleins poumons», s'est remémoré celui qui était à la recherche d'un remède pour une maladie de peau.

Il s'est alors approché de Unais Gomes et ce dernier lui a crié: «Tu es Yahweh, tu es Yahweh, et il est temps de te libérer de tes démons, mon frère», avant de l'attaquer. Stevens a couru jusqu'à la cuisine pour demander de l'aide, mais Gomes l'a suivi et s'en est pris à lui avec un couteau de cuisine. Stevens s'est servi d'une casserole en acier pour se défendre.

«Il a glissé vers moi, a frappé la table et son couteau s'est brisé, a-t-il raconté à CTV. Je me suis dirigé vers lui avec la casserole et je l'ai frappé sur le côté du corps et ma casserole s'est brisée.»

Gomes se serait ensuite emparé d'un couteau de boucher. Stevens et deux autres personnes auraient essayé de lui reprendre l'arme.

«Je me suis dit que s'il prenait à nouveau ce couteau, il allait soit me tuer, soit tuer les deux autres, a développé Stevens. C'est là que j'ai pris la décision de le poignarder.»
Stevens a dit s'y être pris à deux fois.

Il a été arrêté et a été détenu pendant 24 heures par la police péruvienne, qui a déterminé qu'il s'agissait d'un geste de légitime défense et l'a libéré.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos