Sarah Boucher
Agence QMI

Ils sautent du 4e étage pour échapper à un incendie

Sarah Boucher

Dernière mise à jour: 06-01-2016 | 21h55

QUÉBEC - Des résidents de l'arrondissement de Charlesbourg à Québec ont dû sauter du quatrième étage de leur immeuble pour échapper à un violent incendie dans la nuit de mardi à mercredi. L'intervention des pompiers a été compliquée par une possible défectuosité de la grande échelle, qui n'a pas pu être utilisée.

Les pompiers de Québec ont reçu plusieurs appels vers 4 h 55 pour signaler des flammes et de la fumée qui s'échappait de l'immeuble de 24 logements, situé au 4220 de la rue des Cyprès.
La caserne de pompiers étant située à quelques, les sapeurs sont rapidement arrivés sur les lieux.

«Il y avait des gens dans les fenêtres qui n'étaient pas capables de sortir, a indiqué le porte-parole des pompiers, Jean-François Daigle. Ils n'ont pas pu attendre [...], ils ont dû sauter.»

Apparemment pris de panique, les trois locataires du logement en feu, deux adultes et un enfant de 10 ans, se sont jetés dans le vide depuis l'une des fenêtres de leur logement.

Selon plusieurs témoignages, un jeune homme de 19 ans et des policiers placés en bas de l'édifice ont tenté d'amortir la chute des victimes.

Le garçon de 10 ans en est sorti pour ainsi dire indemne, contrairement à sa mère et à son beau-père, qui ont été transportés au centre hospitalier pour soigner des blessures importantes. Leur vie n'est toutefois pas en danger.

Selon Dominique Hamel, superviseur des techniciens paramédicaux, la femme, dans la trentaine, a subi une blessure importante au visage et son conjoint, un homme dans la quarantaine, présentait des douleurs dorsales et avait des difficultés respiratoires.

Les dizaines de locataires de l'immeuble ont été évacués et pris en charge par la Croix-Rouge. Un autobus du Réseau de transport de la Capitale a été dépêché sur place pour les accueillir.

La plupart d'entre eux devaient réintégrer leur logement dans la journée.

Le garçon raconte

Le petit garçon de 10 ans qui a sauté du quatrième étage pour échapper à l'incendie n'a pas eu peur, a-t-il raconté en entrevue à Radio-Canada.

Jason Chicoine, qui a sauté le premier, s'en est tiré avec seulement une légère brûlure au bras, alors que les deux adultes ont été sérieusement blessés, même si leur vie n'est pas en danger.

Étonnamment calme lors de cette entrevue face à la caméra, quelques heures après la catastrophe, Jason a expliqué que les flammes et la fumée étaient très importantes dans l'appartement et que, prisonnier avec sa mère et son beau-père, ils n'avaient d'autres choix que sauter, toutes les issues étant bloquées par le brasier.

«Quand on a sauté, on voyait le sapin brûler, la corde à linge à ma mère en feu, les jouets, tout jusqu'au balcon», a-t-il expliqué, ajoutant qu'il n'a pas eu peur parce qu'il avait «déjà sauté de plus haut» par le passé.

Jason a raconté que son beau-père allait bien quand il est allé le visiter à l'hôpital, mais qu'il pleurait parce qu'il pensait qu'il était «fâché».

Le jeune garçon s'est empressé de dire que ce n'était pas le cas, et qu'il avait plutôt sauvé sa mère en l'aidant à évacuer le logement par la fenêtre, avant de se jeter dans le vide à son tour.

Le jeune miraculé va vivre chez son oncle en attendant que sa mère et son beau-père recouvrent la santé.

Témoins

Réveillé par l'alarme, un des voisins du logement incendié a fait le tour des logements afin de réveiller les gens.

«Quand je suis arrivé à la porte du 406, j'ai vu qu'il y avait des cernes noirs sur la porte, a raconté Jules Harvey-Lacroix. J'ai continué à cogner plus fort, mais ça ne donnait rien. Ça continuait de boucaner. On était en train de s'étouffer.»

L'oncle de la résidente du logement touché, voisin direct de l'appartement, était très ébranlé.

«Je les entendais crier. On ne pouvait rien faire», a confié Alexis Collin, sanglotant.
Richard Busque, un résident qui demeure à l'arrière de l'édifice a aussi assisté, impuissant, à la scène, qu'il a filmée.

«J'étais très nerveux pour eux autres, a-t-il commenté. J'aurais aimé ça faire quelque chose. Je ne pouvais pas me rendre sur les lieux, les pompiers étaient là, donc je me suis dit que (la vidéo) pourrait peut-être servir de preuve pour les assurances.»

Échelle défectueuse?

Lors de l'opération de sauvetage, l'échelle d'un camion de pompiers n'a pas pu se déployer normalement.

Les pompiers ont confirmé qu'une enquête interne avait été ouverte pour comprendre ce qu'il s'est passé.

«Le véhicule en question a été envoyé aussitôt au garage municipal pour inspection», a dit le porte-parole des pompiers, qui n'était pas en mesure de confirmer si ce bris a nui au déroulement des opérations de secours.

«Il n'y a rien qui laisse croire qu'il s'agit d'un problème de manœuvre», a souligné Jean-François Daigle, ajoutant qu'une défectuosité mécanique ou électronique pourrait être en cause.

L'équipement a peut-être aussi fait défaut en raison de la température assez froide ressentie mercredi matin, selon les pompiers.

Si la quarantaine de sapeurs présents ont pu maîtriser l'incendie rapidement, les dommages sont importants et pourraient atteindre plus de 100 000 $.

Une enquête a été ouverte afin de découvrir la cause de l'incendie, qui pourrait s'être enclenché au niveau du salon.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

«Important incendie» dans un bloc appartement à Québec

Voir en plein écran

Vidéos

Photos