Agence QMI

Absolution inconditionnelle pour Patrick Brazeau

Dernière mise à jour: 28-10-2015 | 13h04

GATINEAU - Le sénateur indépendant Patrick Brazeau a déclaré qu'il ne savait pas quand il remettrait les pieds au Sénat, alors qu'il a reçu une absolution inconditionnelle mercredi après avoir plaidé coupable, en septembre, à des accusations de voie de fait simple et de possession de cocaïne.

Cette absolution était le passage obligé pour permettre au sénateur d'envisager un retour au Sénat.

Il a qualifié de «cauchemar» cette épreuve qui a duré plus de deux ans, alors qu'il était également accusé d'agression sexuelle. «J'ai toujours dit que les allégations étaient fausses. Deux ans et demi plus tard, le juge a reconnu que la dame manquait de crédibilité», a dit celui qui a été nommé au Sénat par les conservateurs.

Les faits allégués remontaient au 7 février 2013, alors que Patrick Brazeau s'était violemment disputé avec son ancienne conjointe à Gatineau. Cette dernière avait raconté qu'il avait tenté de l'étrangler.

Au départ, il était question d'agression sexuelle, mais dans le cadre d'une entente avec la Couronne, cette accusation a été abandonnée, lorsque l'accusé a plaidé coupable pour les deux autres accusations.

Réputation

N'empêche, cette affaire, a-t-il avoué, a affecté sa vie pendant deux ans.

«Chaque fois qu'il y a des accusations d'agression sexuelle, c'est clair que cela va nuire à la réputation de quelconque», a-t-il reconnu.

Il est conscient que des citoyens auront toujours un doute à son endroit.

«Je ne suis pas un batteur de femmes. Je ne suis pas un agresseur de femmes. Je suis plein de choses, mais pas ça», a affirmé M. Brazeau à la sortie de la salle d'audience au palais de justice de Gatineau.

Il avait été suspendu du Sénat et expulsé du caucus conservateur à la suite de son arrestation en 2013.

D'autres accusations

Patrick Brazeau fait toujours face à une accusation de fraude en lien avec ses allocations de résidence à titre de sénateur pour un montant de 49 000 $. Son procès doit débuter le 26 mars prochain.

«Je vais mettre l'accent sur mon retour au Sénat. Je ne suis certainement pas un fraudeur et je vais me battre sur qu'à la fin pour retrouver mon poste», a déclaré M. Brazeau, qui s'est décrit comme un «sénateur indépendant des Premières Nations».

Il n'a voulu faire aucun commentaire sur le procès du sénateur Mike Duffy, qui fait face à 31 accusations de fraude, d'abus de confiance et de corruption en lien avec ses dépenses et dont le procès doit reprendre à la mi-novembre.

Patrick Brazeau doit aussi répondre l'an prochain à une accusation de garde et de contrôle d'un véhicule alors qu'il était en état d'ébriété.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos