Agence QMI

Villanueva: le SPVM reconnaît certaines lacunes

Dernière mise à jour: 17-12-2013 | 15h14

MONTRÉAL – Réagissant au rapport du coroner sur la mort de Fredy Villanueva dévoilé mardi, le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, a dit prendre acte des lacunes notées dans les procédures qui ont suivi les événements.

En réponse aux questions des journalistes, Marc Parent a reconnu que les policiers impliqués auraient dû être interrogés séparément, ce qui n'a pas été fait. Il a également qualifié de «déraisonnables» les délais avant que les agents soient rencontrés. Ils auraient dû être interrogés au maximum 48 heures après l'incident. M. Parent a aussi soutenu que les armes à feu utilisées étaient mal adaptées, la décharge étant trop rapide.

Marc Parent a annoncé la mise sur pied d'une nouvelle équipe qui veillera à ce que le protocole soit respecté et étudiera la question des armes à feu. Les quatre recommandations du coroner seront suivies, a-t-il indiqué.

Aussi sur Canoe.ca

«L'objectif est toujours l'amélioration continue du Service de police de la Ville de Montréal», a insisté M. Parent.

Il a aussi mentionné que beaucoup de travail avait été fait depuis 2008. «Par exemple, on a formé 4000 policiers sur la question du profilage racial et des stéréotypes, et sur le travail avec les différentes communautés culturelles, a-t-il souligné. On a aussi placé des agents de concertation civils dans différents postes de quartiers plus à risques.»

De son côté, l’avocat de Dany Villanueva, le frère de Fredy, a qualifié le rapport du coroner Perreault «d’excellent». «Nous sommes très contents des conclusions du rapport du Coroner», a affirmé Me Günar Dubé.

En conférence de presse mardi, le maire de Montréal, Denis Coderre, a dit avoir pris note des recommandations du rapport qui touchent directement la Ville de Montréal.

«On a du travail à faire en termes de développement social, de mixité sociale, afin que de moins en moins de gens se sentent comme des citoyens de seconde zone», a-t-il déclaré.

«Nous allons travailler en terme d’intervention et de prévention. Il faut mettre en place des mesures d’intégration pour qu’on apprendre à se comprendre. D’ailleurs, cela ne touche pas uniquement Montréal-Nord», a-t-il ajouté.

Il a aussi souligné que les policiers du SPVM allaient bientôt avoir à leur disposition des outils de communication répondant aux recommandations du coroner.

Par voie de communiqué, la Fraternité des policiers et policières de Montréal a fait savoir qu’elle avait pris connaissance du rapport. «Nous prendrons le temps de l'analyser en profondeur», a déclaré le président de la Fraternité, Yves Francoeur.

« Assumer le rôle de policier à Montréal demeurera toujours un défi majeur et les hommes et les femmes qui s'y consacrent veulent avant tout servir le public», a-t-il ajouté.

Peu de grandes surprises

L’expert en enquêtes policières de TVA Nouvelles, Richard Dupuis, a indiqué pour sa part qu’il «est intéressant que le rapport mette le doigt sur la formation des policiers qui patrouillent dans Montréal-Nord, en suggérant qu’ils reçoivent une formation sur l’intervention auprès de personnes issues de minorités culturelles».

M. Dupuis a également noté que de très bons points ont été soulevés à propos des équipements des policiers. «On indique que les policiers devraient être munis de récepteurs-émetteurs qui puissent recevoir et émettre en continu, sans que l’on ait besoin de sacrifier une main pour l’utiliser. On propose aussi d’équiper les véhicules de police d’un système de GPS permettant de les localiser en tout temps», a-t-il précisé.

Richard Dupuis a aussi relevé la suggestion du coroner destinée au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, en recommandant d’apprendre aux jeunes du secondaire comment réagir en cas d’arrestation policière.

Avec la collaboration de Patrick Georges et de Simon Bousquet

 



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos