Agence QMI

Des travaux communautaires pour Myriam Bédard

L'ancienne championne de biathlon, Myriam Bédard, qui avait été condamnée pour l'enlèvement de sa fille de 11 ans en 2006, devra exécuter des travaux communautaires pour ne pas avoir respecté une ordonnance de la Cour.

Le 10 juillet dernier, la Chambre de la famille de la Cour supérieure du Québec a condamné l'ancienne athlète à 45 jours de travaux communautaires pour ne pas avoir respecté les droits de visite du père de sa fille, maintenant âgée de 19 ans.

Si Myriam Bédard ne complète pas sa peine dans la collectivité, elle devra passer 45 jours consécutifs en prison.

Enlèvement

En 2006, elle avait quitté le Canada en compagnie de son conjoint, Nima Mazhari, et de sa fille pour s'installer à Washington. Le père de la fillette, Jean Paquet, avait alors porté plainte à la police pour enlèvement.

L'accusée avait été arrêtée aux États-Unis et avait passé 14 jours en prison avant d'être rapatriée au pays.

En 2007, elle avait été reconnue coupable de l'enlèvement de sa fille. Le juge lui avait accordé une absolution conditionnelle et soumise à une probation de deux ans.

Après avoir reçu sa sentence, Myriam Bédard avait entamé une requête en Cour d'appel qui avait été refusée. Elle s'était alors retournée vers la Cour suprême pour faire entendre ses motifs, sans succès.

Ordonnance pour Nima Mazhari

Le conjoint de Myriam Bédard, Nima Mazhari, a aussi reçu une ordonnance de la Cour concernant les travaux communautaires que devra exécuter sa femme.

L'homme de 58 ans ne devra pas entraver les travaux de sa conjointe et devra se tenir à plus de 150 mètres des lieux. S'il ne respecte pas l'ordonnance, il pourrait être accusé d'outrage au tribunal.

En 2007, Nima Mazhari avait été reconnu coupable de vols et recel de tableaux d'une valeur de 75 000 $. Il avait écopé d'une peine de six mois de prison. Myriam Bédard avait été reconnue complice dans cette affaire.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos