Ewan Sauves
Agence QMI

Propos du maire Gendron : la SPCA enquête

Cruauté envers les animaux - Propos du maire Gendron : la SPCA enquête

Stéphane Gendron, maire de Huntingdon.Photo Archives / Agence QMI


Ewan Sauves

MONTRÉAL - La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a lancé une enquête en lien avec les déclarations du maire de Huntingdon, Stéphane Gendron, qui a raconté à la radio qu'il tuait volontairement des chats avec sa voiture.

Les gens ont vivement réagi sur les réseaux sociaux en fin de semaine après la publication d'un article du Huffington Post Québec qui rapportait les propos que M. Gendron a tenus sur les ondes de Radio X, le 9 juillet.

«L'autre jour, chu reculé sur un [chat], il venait de venir au monde. Chu sûr qu'y a rien senti. Le pick-up est passé dessus comme si de rien était. J'étais assez content, yes, un de moins», avait-il déclaré, avant d'ajouter que les chats errants étaient «une plaie urbaine».

«On est enragés et choqués, ce sont des paroles déplorables, mais surtout inacceptables, a dénoncé Alanna Devine, avocate et directrice pour le bien-être animal à la SPCA de Montréal. On prend ça très au sérieux.»

Le département d'enquête et d'inspection de la SPCA a dit qu'elle tenterait de rencontrer le maire de Huntingdon dans les prochains jours afin de faire la lumière sur ses pratiques. Trois agents ont été affectés à ce dossier, d'après Alanna Devine.

«Comment une figure publique, un élu d'une municipalité, peut tenir ce genre de discours? a demandé la porte-parole, indignée. Il encourage les gens à commettre des actes criminels et illégaux.»

Mme Devine a expliqué que les articles du Code criminel du Canada concernant la cruauté faite aux animaux s'appuient essentiellement sur l'intention du coupable.

«Il est interdit de causer volontairement des douleurs, des souffrances ou des blessures à un animal», a-t-elle soutenu. Ce qu'il faut analyser ici, c'est l'intention, et il est difficile de le faire.»

Alanna Devine a tenu à rappeler à la population qu'il existe des façons «humaines» de traiter la problématique de surpopulation des chats errants, comme la capture et la stérilisation.

La SPCA a également reçu une énorme quantité de courriels ces derniers jours, a-t-elle ajouté. Tous réclamaient qu'une enquête de la SPCA soit déclenchée.

«On invite aussi les gens à communiquer leurs plaintes à Radio X et au CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes)», a fait savoir la porte-parole.

Propos «largement exagérés»

Stéphane Gendron a fait parvenir par courriel une «mise au point» dans laquelle il reconnaît avoir tenu des propos «largement exagérés».

«Je conviens que les images utilisées n'avaient aucune utilité pour faire avancer le débat sur cette question sans solution à ce jour (la surpopulation des chats errants), a-t-il commenté. Je m'en excuse, il s'agit d'un ton humoristique noir inapproprié pour aborder un tel sujet.»

M. Gendron a toutefois réitéré que la surpopulation des chats errants constituait une «nuisance» dans les milieux urbains et ruraux. Face à un tel constat, le conseil municipal de Huntingdon a adopté à l'unanimité un règlement obligeant tous les propriétaires de chats du territoire à procéder à leur stérilisation, a-t-il souligné.

«Je ne ferai pas d'autres gestes. Le dossier est clos», a dit le maire.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos