Le Louis-Jolliet s'échoue à l'île d'Orléans

SAINTE-PÉTRONILLE - Ce qui s'annonçait être une croisière de routine a donné quelques moments de frayeurs à un groupe de touristes. Le Louis-Jolliet, un ancien traversier converti en bateau de croisière, s'est échoué jeudi après-midi à la pointe ouest de l'île d'Orléans.

Le navire effectuait une croisière régulière d'après-midi avec 57 passagers à son bord lorsqu'il s'est échoué vers 14h15, pour une raison qu'on ignore. Parmi les passagers, 34 élèves et enseignants de l'école secondaire La Seigneurie, de Québec.

Le Louis-Jolliet repose maintenant sur le roc, incliné sur son côté tribord (côté droit). La marée est en baisse et elle a atteint son point le plus bas vers 18h, ce qui fait qu'on ne pourra pas le remorquer avant plusieurs heures.

Les passagers évacués

Le propriétaire du navire. Croisières AML a donc choisi d'évacuer les quelque 57 passagers à son bord, ainsi que 13 membres d'équipage à l'aide de bateaux-pilotes, qui sont plus petits, et de les transférer sur un remorqueur qui les a ramenés vers le port de Québec.

Ils ont maintenant tous rejoint la terre ferme.

Une seule personne a dû être transportée à l'hôpital, parce que victime d'un choc nerveux.

Des élèves confiaient qu'après un bref moment de frayeur sur le navire, la situation s'était rapidement calmée, grâce à l'intervention des membres de l'équipage.

Reste à voir quand et comment on pourra tirer le Louis-Jolliet de sa délicate position.

La prochaine marée haute, 3,8 m, était prévue vers 22h45. Mais, avant de procéder au remorquage, il faudra vérifier si le navire n'a pas été trop endommagé.

Renfloué au cours des prochaines heures?

Bris mécanique ou erreur humaine? Dans un communiqué émis vers 16h40, Croisières AML a dit que les causes de l'échouage du Louis-Jolliet sont inconnues pour le moment.

Des témoins, habitués de le voir passer au large de l'île, disent qu'il n'avait pas l'habitude de s'aventurer aussi près du rivage.

Le navire sera remorqué aussitôt que possible et inspecté. Croisières AML entend rendre publiques les raisons de l'incident au cours des prochains jours.

Il faut aussi s'attendre à ce que le Bureau de la sécurité des transports du Canada enquête sur l'incident.


Vidéos

Photos