Léo Bureau-Blouin est vivement critiqué

Réseaux sociaux - Léo Bureau-Blouin est vivement critiqué

Les critiques formulées à l’égard de l’ex-leader étudiant fusent de tous côtés.Photo Jocelyn Malette / Agence QMI


Ewan Sauves

Le député péquiste Léo-Bureau-Blouin est victime d'une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Les critiques formulées à l'égard de l'ex-leader étudiant fusent de tous côtés et certains menacent même de perturber son troisième «Samedi du citoyen».

«Traître», «vipère», «couleuvre», «parvenu»: les mots ne manquent pas pour attaquer Léo Bureau-Blouin. Depuis lundi, soit lors de l'ouverture du Sommet sur l'enseignement supérieur, le député de Laval-des-Rapides ne semble plus avoir la cote auprès des jeunes sur le réseau social Facebook.

Plusieurs l'accusent de trahison, demandent sa démission ou lui en veulent directement pour avoir «abandonné» la cause étudiante. Certains internautes vont même plus loin, en lui proférant des menaces plus sérieuses.

«Étouffe-toé a'ec ton semblant de respect pis tes appels au calme, jeune vieux», a commenté une personne sur un des statuts Facebook de M. Bureau-Blouin.

«Un jour, tu vas te réveiller dans ton lit en constatant que tu as laisser (sic) tombé (sic) ta génération. Et j'espère que tu iras te pendre après», a écrit une autre.

Le principal concerné n'a pas accepté de nous accorder une entrevue. Son attaché de presse, Mathieu Morin, a toutefois indiqué que M. Bureau-Blouin jugeait «déplorable» la situation, sans y donner trop d'importance.

«C'est correct que les gens s'expriment, les réseaux sociaux servent à cela, mais lorsque ce sont des attaques ou des menaces, nous sommes obligés de modérer et retirer certains propos», a dit Mathieu Morin, en entrevue avec «24 h».

Surtout des «blagues»

Le 16 mars, Léo Bureau-Blouin tiendra son troisième «Samedi citoyen», où il invite la population à le rencontrer personnellement. À en croire les commentaires sur la page Facebook de l'évènement, cela risque d'être un samedi mouvementé pour l'élu.

Plusieurs internautes, dont deux représentants de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), n'ont pas caché leur intention de perturber le rendez-vous.

«Cool guestlist! On va se retrouver entre ami-e-s», a partagé le porte-parole de l'ASSÉ, Jérémie Bédard-Wien.

«Raison de plus de se rendre sur place pour lui donner directement nos "commentaires"», a sous-entendu un utilisateur du réseau social.

Appelé à commenter, Jérémie Bédard-Wien a précisé que son association ne compte pas bouleverser la tenue de l'évènement.

«Ce qui est écrit sur Facebook, c'est surtout des blagues, a-t-il précisé. Les gens ne font que se moquer. Il y a beaucoup de gens qui pensent que Léo les a trahis et sont donc en colère.»
Pour l'instant, le député péquiste n'a pas l'intention d'annuler son prochain Samedi du citoyen, a mentionné son attaché de presse.

«Si les gens veulent venir parler d'éducation, ils sont les bienvenus, mais l'agressivité n'a pas sa place, a soutenu Mathieu Morin. S'ils viennent parler de leur position, c'est correct, mais le respect est le mot clé dans tout ça.»


Vidéos

Photos