Une manifestation agitée au centre-ville de Montréal

Dernière mise à jour: 09-02-2013 | 18h54

MONTRÉAL - La police de Montréal a effectué 36 arrestations, samedi matin, dans le cadre de la manifestation contre le Plan Nord tenue aux abords du Palais des Congrès où avait lieu vendredi et samedi le Salon des ressources naturelles, au centre-ville.

Trente-deux personnes ont été arrêtées pour attroupement illégal et quatre en vertu du Code criminel, dont trois pour voie de fait sur un agent de la paix et un pour recel.

C'est que sur l'un des manifestants «[les policiers] ont trouvé une pièce d'équipement appartenant au service de police qui avait été volée hier [vendredi] lors de la manifestation», a souligné la porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Anie Lemieux. Cette dernière n'était pas en mesure de confirmer quel type de pièce avait été volée. Elle a toutefois précisé qu'il ne s'agit pas d'une arme.

Parmi les personnes arrêtées, neuf sont d'âge mineur.

Des méfaits ont également été commis durant cette manifestation à laquelle ont pris part quelques centaines de personnes. La foule, réunie dès 9 h à place Jean-Paul-Riopelle, s'est rapidement agitée.

Aussi sur Canoe.ca

Vers 9h30, une vitrine du Palais des Congrès a été fracassée à l'aide d'un pied de biche. Une fusée éclairante a aussi été tirée à travers une porte, si bien que le SPVM a procédé à une dispersion de la foule.

Peu de temps après, la manifestation a été déclarée illégale «pour non-divulgation de trajet et actes criminels commis».

Une fois l'avis de dispersion donné, la masse de manifestants s'est fractionnée en petits groupes qui ont arpenté les rues avoisinantes. Ils sont cependant revenus devant le Palais des Congrès un peu plus tard pour poursuivre la manifestation, dans la paix cette fois, les manifestants se contentant d'exhiber des bannières et des pancartes tout en criant des slogans, sous la surveillance des policiers.

Déçus du PQ

«Nous on est contre le Plan Nord, on trouve que ce n'est pas une bonne manière de gérer nos ressources, ce n'est pas des valeurs que l'on veut encourager dans notre société», a soutenu l'un des manifestants.

D'autres protestataires qui ont pris part au rassemblement, samedi, se sont dits déçus du gouvernement péquiste.

«Je pense que les gens en votant PQ pensaient voter pour un changement, pis malheureusement, ce n'est pas ça qu'on observe.»

Peu avant 11 h, un petit groupe d'une quinzaine de personnes qui se déplaçait autour du Palais des Congrès, peut-être à la recherche d'une façon d'y entrer, a été pris en souricière puis arrêté par les policiers pour attroupement illégal. Ces manifestants auraient également commis quelques méfaits.

«Ce sont des arrestations ciblées», a précisé Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM.

Un autre groupe a été interpellé par les policiers un peu plus tard. Les prévenus ont ensuite été amenés à l'intérieur du bâtiment après quoi ils ont été transportés à bord d'autobus.

Personne n'a été blessé au cours des événements.

Vendredi, près de 150 personnes ont également tenté de perturber le Salon des ressources naturelles en manifestant autour du Palais des Congrès, entre midi et 14 h. Des méfaits, tels que des graffitis, ont été commis sur des voitures de police et au moins une vitre du Palais des Congrès a été fracassée.


Vidéos

Photos