110 personnes remerciées cette semaine au Cirque du Soleil

Licenciements

 Photo archives / Agence QMI


Olivier Bourque

MONTRÉAL - La première vague des mises à pied au Cirque du Soleil est bel et bien commencée. Selon une source proche du dossier, environ 110 personnes ont été remerciées au début de la semaine.

Plusieurs employés des infrastructures ont été licenciés, un secteur qui est associé à la logistique de la production de spectacles. Le Cirque du Soleil a abandonné des spectacles lors des derniers mois notamment «Iris», un hommage au cinéma présenté à Los Angeles.

Les personnes remerciées ont tout d'abord été contactées par courriel vendredi passé. Puis lundi, ils ont rencontré la direction des ressources humaines. «Certains sont partis avec "un package" qu'ils vont recevoir d'ici le mois de mars», nous a confié une source.

Selon cette dernière, le climat est difficile à l'intérieur de l'entreprise. «Les gens ne savent pas qui va perdre son emploi. Plusieurs ont l'impression qu'ils sont laissés dans le noir. Ils ne sont pas avertis de ce qui s'en vient», a affirmé la source.

«Lorsque tu as une épée de Damoclès en haut de la tête, il est clair que l'ambiance n'est pas à la fête. Les gens sont hypernerveux», a dit une autre personne.

Une deuxième vague de mises à pied pourrait survenir à la fin du mois de février. Une troisième vague est prévue en mars. En tout, 400 personnes perdront leur emploi avant la fin du printemps, comme l'a annoncé l'entreprise.

Cette première vague de compressions n'a pas été confirmée spécifiquement par l'entreprise.
«Tel qu'annoncé lors de notre point de presse du 16 janvier dernier, nous effectuons nos évaluations internes et nos mises à pied de manière graduelle à partir de maintenant, et ce jusqu'à la fin mars», a affirmé la porte-parole Renée-Claude Ménard dans un courriel.

«Par respect pour nos employés, qui sont notre principale préoccupation, nous ne commenterons pas publiquement les détails de la gestion interne de nos opérations», a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, une personne proche du dossier nous a confirmé qu'il y a un mot d'ordre actuellement ne pas s'adresser aux journalistes.

Lors de l'annonce des mises à pied, il y a quelques semaines au siège social du Cirque du Soleil, aucun employé n'avait voulu s'exprimer après la réunion à la TOHU, présidée par le dirigeant Daniel Lamarre et le fondateur du Cirque Guy Laliberté.

«On nous a clairement dit de ne rien dire, mais les gens perdent leur emploi et ils ont besoin de ventiler et de parler», a affirmé notre informateur.


Vidéos

Photos