La SQ et la CSST se concentrent désormais sur l'enquête

L'ÉPIPHANIE - Au lendemain de la découverte des corps des deux travailleurs morts dans la carrière Maskimo, à L'Épiphanie, à la suite d'un affaissement de terrain, la Sûreté du Québec et la Commission de la santé et de la sécurité du travail poursuivent leur enquête afin de déterminer les circonstances de l'événement et la cause exacte des décès.

Depuis mardi, «plusieurs personnes ont été rencontrées», a indiqué, dimanche, le sergent Claude Denis de la SQ. Le travail d'enquête sur les lieux de la tragédie semble être terminé aux dires des autorités provinciales qui ne devraient pas y retourner «à moins d'une nécessité».

Au cours des prochains jours, les enquêteurs devront analyser l'ensemble des informations colligées depuis le début de l'enquête, notamment les déclarations, ainsi que diverses données techniques telles que des mesures et des photos prises sur les lieux.

Aussi sur Canoe.ca

Mardi matin, trois travailleurs retiraient une épaisse couche d'argile pour agrandir la carrière à l'aide d'une excavatrice et de deux camions de chargement, lorsqu'il y a eu un important effondrement de terrain. L'un des employés a réussi à sortir in extremis tandis que les deux autres, Daniel Brisebois et Marie-Claude Laporte, ont été ensevelis sous la glaise. Après cinq jours de recherches, les deux corps ont été localisés samedi.

En début d'après-midi, le premier corps, celui de M. Brisebois, a été retrouvé sous les décombres. Le deuxième corps a quant à lui été retrouvé près du deuxième camion, en fin d'après-midi. La Sûreté du Québec n'a toujours pas confirmé l'identité exacte de la deuxième victime, mais tout indique qu'il s'agit de Mme Laporte.

Des familles soulagées

C'est avec soulagement que les familles des victimes ont accueilli le dénouement, mais aussi avec une grande tristesse. Depuis mardi, elles attendaient à la carrière Maskimo et surveillaient de très près les recherches.

«Nous offrons nos plus sincères sympathies aux familles et aux proches de ces deux employés. La perte de ces collaborateurs compétents et dévoués est une grande épreuve pour leurs proches, leurs communautés respectives, mais aussi pour tous leurs collègues de travail et leurs employeurs. Toute notre équipe du groupe Maskimo est profondément affectée», a confié avec tristesse le président de Maskimo, Louis Marchand.

«On vit un paquet d'émotions : la tristesse, la douleur et aussi la joie d'avoir enfin retrouvé les personnes. Toute la population était derrière nous afin de les retrouver», a dit le maire de la municipalité de paroisse de L'Épiphanie, Denis Lévesque.


Vidéos

Photos