Un adolescent passé à tabac à l'école

Dernière mise à jour: 25-01-2013 | 15h00

REPENTIGNY - Un adolescent de 14 ans, qui a été roué de coups de poing à l'école secondaire L'Horizon de Repentigny dans Lanaudière mercredi, a été hospitalisé pour une fracture de la mâchoire, en plus d'avoir quatre dents très endommagées.

«Je suis beaucoup enflé, ça fait un peu mal du côté droit de ma bouche», a confié Colin, depuis son lit d'hôpital.

Facebook serait à l'origine de la bagarre. Colin aurait colporté les propos d'une autre personne sur le réseau social, ce qui lui a valu d'être poussé au sol avant d'être frappé au visage par un autre élève de troisième secondaire.

«Une fille aurait volé le chum d'un autre. Mon fils aurait répété des injures écrites par les autres et le frère aîné de cette fille-là s'en est pris à mon fils [...] dans un corridor de la polyvalente durant la pause du matin», a expliqué le père du garçon dans le cadre de l'émission Le Négociateur, à LCN, vendredi matin

«Au moment où il allait à son casier, il n'y avait pas de surveillant. On l'a pogné par-derrière et il est tombé par terre. Il est arrivé ce qui devait arriver, il a été roué de coups de poing», a ajouté M. Elemond.

La direction a cherché à joindre le père durant trois heures afin qu'il conduise son enfant d'urgence chez le dentiste.

«J'étais dans le nord en motoneige. On m'a dit: "Votre fils a été impliqué dans une bagarre et il en est une victime. Il saigne abondamment, il a deux dents de lousse et une dent croche".»

L'adolescent a dû être hospitalisé à la suite de son passage à tabac. Selon son père, sa mâchoire fracturée a nécessité une plaque de métal, et il doit pour le moment se nourrir de liquide.

M. Elemond regrette que la direction de l'école secondaire L'Horizon n'ait pas contacté la police pour rapporter l'attaque perpétrée contre son fils.

«Ça saigne pendant trois heures dans la bouche, ce n'est pas normal une dent qui saigne comme ça, trois heures. Alors, je déplore ce côté-là, c'est tolérance zéro dans les écoles, mais ils ne font pas venir les autorités», a-t-il dit.

Quant à la Commission scolaire des Affluents (CSA), elle soutient que ce n'est pas son rôle d'appeler la police lors d'événements semblables, mais que c'est plutôt aux parents de le faire.

«La procédure normale dans ce genre d'incidents, c'est que c'est soit l'école qui porte plainte ou le parent. L'école ne connaissait pas la gravité de la blessure de l'élève et lorsqu'on lui a demandé, sur une échelle d'un à dix, à quel point c'était souffrant, il a répondu cinq», a affirmé le responsable des communications à la CSA, Éric Ladouceur.

M. Ladouceur a toutefois tenu à préciser que Colin a été pris en charge immédiatement par la direction de l'école qui l'a accompagné jusqu'à ce qu'un parent ou un proche vienne le chercher.

«Une fois sur place, on lui a suggéré de se rendre chez un dentiste d'urgence, a dit Éric Ladouceur, avant d'ajouter que l'école et la CSA n'ont jamais voulu cacher quoi que ce soit, dans cette affaire. La preuve, c'est que la vidéo a été montrée au parent et a été acheminée au Service de police.»

Plainte

Michel Elemond a déposé une plainte pour voies de fait graves avec lésions contre l'agresseur de Colin, vendredi matin.

Selon l'ex-agent de la Sûreté du Québec, Mathias Tellier, le père de Colin, a posé le bon geste. Il croit toutefois que même si c'est le devoir des parents de rapporter ce type d'agressions à la police, l'école doit envoyer un message clair selon lequel la violence n'est pas tolérée.

«Ce qui n'est pas correct dans la société ne l'est pas plus parce qu'on est à l'école. Il n'y a personne qui intimide quelqu'un dans la société, qui a le droit de le faire. Ils n'ont pas plus le droit de le faire à l'école», a-t-il expliqué.

Quant à l'adolescent soupçonné d'avoir agressé Colin, il a été suspendu sur-le-champ. Un comité doit se pencher sur son sort lundi prochain, à savoir s'il sera expulsé de l'école secondaire L'Horizon.


Vidéos

Photos