Les incendiaires se seraient trompés de cible

MONTRÉAL - Une résidence du quartier Rivière-des-Prairies, dans l'est de Montréal, a été pulvérisée jeudi en fin d'avant-midi. Or, les enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont émis l'hypothèse que les malfaiteurs se seraient trompés de cible.

La demeure détruite est celle d'un plombier haïtien et de sa famille. Or, celui-ci n'est pas connu des policiers et l'homme ne comprend pas non plus qui pourrait lui en vouloir. Sans toutefois vouloir donner trop d'informations, le SPVM a indiqué qu'en revanche, le voisin serait connu des policiers, et qu'il pourrait s'agir d'une «erreur».

«Si les gens qui ont commis ce geste se sont trompés d'adresse, ils auront probablement des comptes à rendre», a déclaré Richard Dupuis, expert en enquêtes criminelles.
Une méthode risquée

Des témoins ont dit que l'explosion s'est produite très rapidement. Trois suspects seraient entrés à l'intérieur du domicile et en seulement quelques secondes, une forte explosion s'est fait entendre, suivie d'un violent incendie.

«C'est fort inquiétant. On croirait revenir à l'épisode des engins explosifs. Cette méthode est très dangereuse et risquée. Rappelons-nous des victimes innocentes lors de la guerre des motards, le jeune Daniel Desrochers avait perdu la vie», a souligné Richard Dupuis.

Si l'on se fie à la vitesse à laquelle l'incendie s'est produit, des cocktails Molotov n'auraient pu causer ce genre d'explosion. Richard Dupuis, il pourrait s'agir d'une fuite de gaz naturel ou propane. Certains éléments ont d'ailleurs été saisis par les policiers et seront analysés.

Il n'a pas été possible de savoir si les enquêteurs interrogeront le voisin.


Vidéos

Photos