L'audience de Bain est encore reportée


Michael Nguyen

MONTRÉAL - La saga judiciaire de Richard Bain a continué de piétiner, lundi après-midi au palais de justice de Montréal. Pour la quatrième fois depuis la fusillade du Métropolis, en septembre dernier, l'audience sur l'aptitude à comparaître de Bain a été reportée.

La Dre Chantal Bouchard, quatrième psychiatre à avoir tenté d'évaluer l'accusé de 62 ans, était prête.

C'est que vendredi dernier, elle était malade et n'avait pas pu se présenter à la Cour.
Mais, dès le début de son témoignage, la psychiatre a mentionné les notes d'un collègue, sur lesquelles elle s'est basée pour produire son rapport. Sauf que l'avocate de la défense n'avait jamais pris connaissance desdites notes. Avant de procéder, elle voulait en discuter avec son client.

«Il n'y a pas de rapport, puisque j'ai refusé deux fois de lui parler !» a lancé Richard Bain, en anglais.
Des son côté, la Dre Bouchard est claire : son collègue avait produit huit pages de notes sur l'accusé.

«Ce n'est pas pratique, parce que c'est probablement en français, et je dois le lire aussi», a alors lancé l'accusé.

Face à cette impasse, le juge Jean-Paul Braun n'a pas eu le choix que d'annoncer la remise de la cause, pour la quatrième fois, non sans montrer une certaine impatience.

«Je veux terminer cette étape pour pouvoir continuer», a dit le magistrat.

Bain a écouté attentivement le juge avant de le remercier, ajoutant qu'il devait sûrement être chrétien.

On savait déjà que Bain, notamment accusé d'avoir tué le technicien de scène Denis Blanchette le 4 septembre dernier, refusait de parler à des psychiatres francophones. Mais, lundi, il a lui-même chiffré le nombre de psychiatres ayant tenté sans succès de l'évaluer avant la Dre Bouchard à trois.

«J'ai refusé de leur parler, pourquoi la Couronne a besoin d'eux, a dit Bain. Tassons-les et procédons, la Couronne n'arrête pas d'oublier que c'est ma cause.»

Le juge Braun a alors remis l'accusé à l'ordre, lui expliquant que son avocate, Me Elfriede Duclervil, n'avait pas le choix de prendre connaissance de la preuve avant de plaider.

Bain reviendra donc au palais de justice la semaine prochaine, où les parties devraient enfin plaider sur son aptitude à subir son procès.

Il fait face à 16 chefs d'accusations, en lien avec l'attentat du Métropolis, et de nombreuses armes à feu trouvées à son domicile de La Conception, dans les Laurentides.


Vidéos

Photos