Le père dénonce le SPVM

Meurtre

Pamela Jean Photo Courtoisie / Police de Longueuil


Maxime Deland

Dernière mise à jour: 07-01-2013 | 05h53

MONTRÉAL - Le père de Pamela Jean, qui a été retrouvée morte vendredi au domicile de son ex-amoureux à Montréal, affirme que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a tardé avant de faire enquête lorsque la disparation de sa fille a été rapportée.

Sans nouvelles de sa fille de 27 ans depuis le 30 décembre, M. Jean, qui préfère taire son prénom, s'est d'abord rendu au Tropical sur la rue Saint-Hubert où elle travaillait comme barmaid. Puisque personne n'avait d'information à lui fournir, il a contacté la police le 2 janvier.

«J'ai expliqué le cas à un enquêteur. Il a noté le nom de son "chum" et m'a dit qu'il me rappellerait dans quelques minutes. Il m'a rappelé pour me dire que son "chum" lui avait dit qu'il l'avait vue la dernière fois le 29. Il m'a dit que ça faisait deux ou trois jours qu'elle était partie que ça ne faisait pas un mois, que l'on allait attendre encore un peu», a raconté d'une voix enrouée le père à Claude Poirier, animateur de l'émission Le Négociateur, lundi, à LCN.

M. Jean était inquiet, car sa fille ne découchait jamais sans prévenir ses parents ou appeler son fils de dix ans, puisqu'elle était retournée vivre chez ses parents à Longueuil depuis sa séparation avec son conjoint, maintenant suspect numéro de cet homicide.

Le père de la victime a alors joint le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL).

«Je suis allé à Longueuil, car ça ne voulait pas bouger à Montréal. J'ai été très bien reçu. Je suis allé avec ma plus vieille. La femme a fait un rapport et dit qu'elle allait procéder tout de suite. Le soir même, la police a interrogé son "chum".»

Le dossier de la police de Longueuil a toutefois été transféré au SPVM puisque c'est sur son territoire que la mère de famille avait disparu.

Des épisodes de violences conjugales se seraient déroulés dans le duplex de l'avenue de l'Hôtel-de-Ville à Montréal-Nord où son corps a été retrouvé le 4 janvier. La jeune femme aurait cependant chaque fois retiré la plainte qu'elle avait portée contre son amoureux de 32 ans. Mais M. Jean n'était pas au courant de ces épisodes. «Ma fille ne se confiait pas. J'essayais [sans succès] de parler avec elle pour savoir ce qui ne fonctionnait pas. C'est vous qui m'apprenez ça.»

Toujours selon le père de Pamela Jean, sa fille connaissait son présumé meurtrier depuis 12 ans.
Un appel, puis une visite des policiers du SPVM vendredi ont mis fin à l'espoir du père de retrouver sa faille en vie. «Chez moi, c'est là que l'on m'a dit que ma fille était morte», a dit le père en pleurs.

L'ex-conjoint de Pamela Jean devait être accusé lundi au palais de justice de Montréal de meurtre non prémédité.


Vidéos

Photos