Les trois victimes sont conduites à leur dernier repos

Elizabeth Laplante

Dernière mise à jour: 08-12-2012 | 09h57

ACTON VALE - C'est dans une atmosphère empreinte de tristesse et de compassion qu'Anaïs, 2 ans, Loïc, 4 ans, et Lorélie, 5 ans, les trois enfants trouvés sans vie dimanche dernier à Drummondville, ont été conduits à leur dernier repos.

Leurs funérailles ont eu lieu dans la plus grande intimité samedi après-midi en l'église Saint-André, à Acton Vale, en Montérégie. Plusieurs centaines de proches, d'amis et de membres de la famille des victimes se sont déplacés pour l'occasion. C'est l'abbé Jacques Vézina qui avait la lourde tâche de présider l'ultime adieu.

Le père des enfants, Patrick Desautels, a fait preuve de courage en rendant hommage à son fils, Loïc, celui qu'il a affectueusement surnommé «ti-t'homme». Le père a entre autres raconté à quel point Loïc aimait les tracteurs de l'entreprise familiale, où il se rendait souvent en compagnie de son père. D'ailleurs, une voiturette ainsi que deux tracteurs remplis de toutous ont été stationnés de façon symbolique devant l'église, peu de temps avant les funérailles.

«On est sans mots devant toute cette tristesse», a confié Serge Lamontagne, le parrain de M. Desautels, qui était bouleversé à la suite de l'hommage rendu par son filleul. Juste de le voir aller à l'avant, on l'a trouvé très courageux», a-t-il souligné, tout en retenant ses larmes.

Aussi sur Canoe.ca

Une éducatrice de la garderie d'Anaïs, l'enseignante de Lorélie et le grand-père maternel des victimes ont, tour à tour, décrit la joie de vivre des enfants et le vide qu'ils laissaient derrière eux. «La belle Anaïs était notre petite Mademoiselle sourire», a souligné l'éducatrice.

«Allez en paix, je vous aime», a pour sa part conclu le grand-père.

À la toute fin de la cérémonie, qui aura duré plus d'une heure, les cloches ont retenti dans la petite communauté de près de 7500 habitants. Le père des victimes est alors sorti de l'église, tenant fermement dans ses mains, la photo de ses enfants. À ce moment, la foule s'est massée autour de lui pour ensuite laisser filer dans les airs, une envolée de ballons.

La tante de M. Desautels, France Malo, a raconté aux médias qui attendaient sur le parvis de l'église que la cérémonie s'était tenue dans une ambiance «très chaleureuse» et qu'elle avait permis de parler des enfants, de comment ils étaient. «C'est triste, on a beaucoup de peine, mais la vie continue», a-t-elle dit, visiblement ébranlée à sa sortie de l'église.

«On est démolis»

Peu de temps avant le début de la cérémonie, l'urne funèbre a été amenée à l'intérieur de l'église. Déjà, l'émotion était à son comble.

«On est démolis, a dit Jean-Pierre, un voisin du père de famille qui s'est rendu à l'église en compagnie de sa femme, Colette. Ça me fait mal au coeur. C'est trois anges, ces enfants-là.» Jean, un cousin du grand-père paternel des enfants, a indiqué que la famille était atterrée, avant d'ajouter que «Patrick était un père aimant».

Mercredi, la mère des victimes, Sonia Blanchette, âgée de 33 ans, a été accusée de meurtres prémédités en lien avec la mort de ses enfants. Trois jours plus tôt, les corps des petites victimes avaient été découverts inanimés dans l'appartement de Mme Blanchette, rue Turcotte, à Drummondville.

Une tante de Sonia Blanchette, Louise Blanchette, a confié samedi que ses pensées allaient vers le père et ses trois enfants. Elle a d'ailleurs invité l'ensemble de la population à faire de même.

«C'est difficile d'entendre les préjugés, a-t-elle souligné. Ce serait l'fun qu'aujourd'hui, on s'abstienne et qu'on pense au papa.»

Le père accorde une entrevue

Dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles quelques heures avant les funérailles, le père des victimes a raconté que sa plus grande préoccupation avait toujours été le bonheur de ses enfants. «Mon but, c'était qu'ils soient heureux, qu'ils aient du plaisir à jouer. Puis ce qui se passe entre moi et la mère, ils n'ont pas à se soucier de ça», a confié Patrick Desautels.

Il a souligné que la journée du drame, il était allé magasiner les cadeaux de Noël pour ses enfants. En leur mémoire, il a d'ailleurs tenu à lancer un vibrant message aux parents, au cours de l'entrevue : «Aimez-les et prenez du temps avec eux autres, car on ne sait pas s'ils vont être là demain.»



Vidéos

Photos