Richard Bain envoyé en évaluation psychiatrique

Dernière mise à jour: 07-12-2012 | 12h49

MONTRÉAL – Richard Henry Bain, cet homme qui fait face à 16 chefs d'accusation à la suite des évènements du Métropolis le 4 septembre, est revenu devant le tribunal vendredi.

Il a été décidé que l'homme devra subir une évaluation psychiatrique afin de déterminer s'il est apte à subir son procès. Lors de sa comparution, vendredi matin, le suspect a tenu des propos peu cohérents. Il a tout d'abord fait son entrée dans la salle, la tête haute, en déclarant «God bless you all» («Que Dieu vous bénisse, tous»).

Richard Henry Bain a été arrêté le soir des dernières élections, le 4 septembre dernier, au Métropolis de Montréal.

Il est accusé de meurtre prémédité, de trois tentatives de meurtre et d'incendie criminel. Il est soupçonné d'être à l'origine de l'attentat qui a coûté la vie au technicien de scène Denis Blanchette et qui a gravement blessé Dave Courage.

Outre le meurtre et les trois tentatives de meurtre, Bain est également accusé d'avoir causé par le feu des dommages au Métropolis, et de possession de dispositifs incendiaires, soit de bidons d'essence et de fusées routières.

Il fait en plus face à neuf chefs concernant l'usage illégal d'armes à feu. Il est à noter que de toutes ses armes, une seule, à son domicile de La Conception, avait été acquise illégalement.
Le soir des élections provinciales, Bain est accusé d'avoir fait irruption au Métropolis au centre-ville de Montréal, par l'entrée des artistes située à l'arrière de l'édifice.

Habillé d'un peignoir et d'une cagoule, il aurait tiré une balle avec un fusil automatique de marque Ceska Zbrojovka avant que le fusil ne s'enraye. Deux techniciens ont été touchés.

Denis Blanchette est décédé tandis que Dave Courage s'en est sorti avec des blessures.
Bain est ensuite accusé d'avoir démarré un incendie au Métropolis, avant d'être arrêté par un sergent de la SQ, qu'il aurait également tenté de tuer.

Après son arrestation, il avait été interrogé par les policiers, puis transporté à l'hôpital Royal Victoria pour une évaluation médicale.

Pour l'instant, la défense et la Couronne n'ont pas demandé d'évaluation psychiatrique de l'accusé, pour déterminer son aptitude à comparaître ou sur sa responsabilité criminelle.


Vidéos

Photos