La mère accusée de meurtres prémédités

DRUMMONDVILLE - Sonia Blanchette, la mère des trois enfants retrouvés morts dimanche à Drummondville, a été formellement accusée mercredi après-midi de meurtres prémédités.

La mère âgée de 33 ans devra donc être jugée pour le crime le plus grave du Code criminel canadien.

La femme a reçu son congé de l'hôpital Sainte-Croix en matinée mercredi. Elle était hospitalisée depuis le tragique événement, car elle aurait ingurgité un cocktail de médicaments. Dès sa sortie du centre hospitalier, elle a été rencontrée par les enquêteurs de l'escouade des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec avant d'être amenée au palais de justice de Drummondville.

Anaïs (2 ans), Laurélie (5 ans) et Loïc (4 ans) ont été retrouvés sans vie, dimanche, dans le domicile de leur mère, rue Turcotte. Selon des sources du «Journal de Montréal», ils auraient été noyés.

Séparée depuis quelque temps, Sonia Blanchette n'avait pas la garde des enfants qui demeuraient avec leur père. Selon un proche de la famille, les petits la visitaient rarement et ces rencontres devaient être supervisées. Dimanche, la grand-mère maternelle devait assurer la supervision. Elle se serait absentée pendant une certaine période de temps et à son retour, le drame était survenu.

Selon une voisine, les cris de la grand-mère ont retenti dans le voisinage en fin d'après-midi. Le père des enfants serait arrivé sur les lieux peu de temps ensuite.

Visiblement ébranlé, le père, Patrick Desautel, a fait une courte déclaration dans les médias mardi.

«La douleur que nous éprouvons est inexplicable», a-t-il dit. Il a expliqué ne pas pouvoir répondre aux questions des médias, en raison de l'enquête policière en cours. Il a tenu toutefois à remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour lui venir en aide dans cette épreuve.

Selon des proches de la famille, les parents se disputaient la garde des enfants devant les tribunaux depuis près de trois ans.

Leurs funérailles seront célébrées samedi.


Vidéos

Photos