Guy Turcotte réévalué dans huit jours

Meurtres de ses deux enfants - Guy Turcotte réévalué dans huit jours

Guy TurcottePhoto: Agence QMI / Archives

MONTRÉAL - Déclaré non responsable criminellement des meurtres de ses deux enfants, Guy Turcotte devrait être de retour devant la Commission d'examen des troubles mentaux (CETM), le 12 décembre prochain.

Le comité formé de cinq commissaires réévaluera le risque que peut représenter l'ancien cardiologue pour la sécurité du public et du coup la possibilité de le libérer de l'Institut Philippe-Pinel, où il est détenu depuis le juillet 2011. Les auditions se dérouleront sur trois jours.

La CETM entendra, en public, le matin du 12, une requête présentée par l'une des parties au dossier afin que la suite de l'audience soit tenue à huis clos, a fait savoir son porte-parole, Me Jean-Claude Hébert, par voie de communiqué.

Le 5 juin dernier, la Commission avait décidé que tout en demeurant détenu à l'hôpital psychiatrique, le meurtrier de 40 ans pourrait se prévaloir de sorties.

Les commissaires avaient toutefois conclu que Turcotte ne pouvait pas être libéré inconditionnellement et qu'il ne pouvait pas non plus et dans l'immédiat être libéré sous réserve de conditions. Il devait de plus être accompagné et supervisé dans la transition entre son environnement actuel et la vie dans la réalité du monde extérieur, écrivaient-ils.

Depuis qu'il peut sortir de Pinel, les promenades à vélo de Guy Turcotte ont fait les manchettes, de même qu'une de ses sorties lors d'une fête de famille. À cette occasion, des photos de lui sur Facebook, le montrant sourire aux lèvres avec l'enfant d'une de ses sœurs sur les genoux, ont provoqué la stupéfaction.

Guy Turcotte a tué à l'arme blanche ses enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, en février 2009, dans une maison qu'il louait à Piedmont dans les Laurentides, quelques semaines après sa séparation avec l'urgentologue Isabelle Gaston.

Le 5 juillet 2011, après six jours de délibérations, le jury déclaré Turcotte non responsable criminellement pour cause de troubles mentaux. Le verdict avait soulevé l'ire dans la population.


Vidéos

Photos