«Je viens de revenir au monde»

MONTRÉAL – Entre euphorie et soulagement, les proches des enfants libérés du joug de Marcel Pontbriand vivent un véritable cocktail d'émotions depuis mercredi matin.

Pour un grand-père qui avait perdu la trace de ses petits-enfants, l'annonce de leur retour est tombée comme un miracle.

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) l'a contacté mercredi matin pour lui faire part de la bonne nouvelle. Ses deux fils et leurs enfants ont quitté le pays, il y a deux ans, pour joindre les rangs de la secte de Marcel Pontbriand aux États-Unis. «Je capotais, j'étais fou raide. Je viens de revenir au monde», a-t-il expliqué, la voix étranglée par les sanglots. Quelques heures avant de revoir ses petits-enfants âgés de 4 et 6 ans, le grand-père ne pouvait contenir son impatience.

«C'est le plus beau cadeau de ma vie et c'est grâce à vous M. Claude Poirier», a-t-il souligné, en entrevue au Négociateur, à LCN, jeudi matin.

Selon le grand-père, les enquêtes menées par les équipes de J.E. et du Négociateur ont braqué les projecteurs sur le drame qu'il vivait, accélérant du coup les opérations policières. «Ça va être le plus beau Noël de ma vie», a-t-il observé.

L'oncle de trois enfants rapatriés au Québec par la DPJ a également partagé son enthousiasme débordant.

«Je suis sans mot. Je suis tellement heureux», a insisté l'homme, renié par son frère et sa conjointe depuis leur adhésion à la secte de Marcel Pontbriand. Il demeure sans nouvelle d'eux depuis 2010, mais le retour des enfants le libère d'un poids énorme.

Mardi, douze des quatorze enfants, dont les parents étaient sous l'emprise de Pontbriand, ont été interceptés à la frontière canado-américaine près de Vancouver. Dix enfants ont été ramenés à Montréal par avion dans la nuit de mardi à mercredi et sont actuellement sous la responsabilité de la DPJ.


Vidéos

Photos