Une femme est aspergée d'acide par son amoureux

LONGUEUIL – La jalousie aurait mené Nikolas Stefanatos à asperger de nettoyant acide pour béton son amoureuse, Tanya St Arnauld, brûlant au troisième degré la jeune femme de 29 ans de Longueuil.

«On m'a dit que ma sœur et son chum avaient invité des amis dans son appartement [samedi soir], qu'ils avaient consommé de l'alcool. Puis, le couple d'amis qui habite en face a quitté. Ils se sont chicanés, il était jaloux de l'ami de son amie qui était là», a raconté le frère de la victime, Maxime Gosselin, à Claude Poirier.

Puis, vers 5 h dans la nuit de samedi à dimanche, les choses se sont envenimées entre Stefanatos et son amie de cœur, toujours selon le jeune homme. «Il lui a vidé du ketchup et de la moutarde dessus. Elle a traversé chez son amie, qui a lui a dit de rester qu'elle allait appeler la police, mais elle est retournée chez elle pour le calmer.»

Furieux, le suspect aurait alors aspergé la victime avec du nettoyant acide à béton. «Il avait refait toute la brique du bloc. Quand elle a monté les marches, il a ouvert la porte, et lui a lancé la chaudière, qui était sur le balcon. Il lui en a lancé dans le visage le torse, partout.»

En panique, Tanya St Arnauld a couru chercher du secours chez sa voisine. «Elle hurlait. Elle s'est réfugiée dans le bain. Pendant qu'elle se rinçait, sa peau fondait, tombait littéralement. Elle souffrait», a relaté Maxime Gosselin.

La jeune femme a été conduite d'après son frère au Centre des grands brûlés de l'Hôtel-Dieu à Montréal. «Elle est momifiée, elle n'a plus de cheveux. Elle a reçu de l'acide dans les yeux, au-dessus des seins, dans le dos, sur les jambes. Et elle a des bleus et des égratignures.»

Il semble que le couple, qui se fréquentait depuis six mois, avait déjà eu des différends. «Elle a eu de la misère avec lui, il y a une semaine, il avait pris ses clés et l'a laissée dans un stationnement durant des heures. Je ne le connaissais pas vraiment, je l'ai croisé une couple de fois, je n'aurais jamais cru qu'il allait faire ça!» a lancé Maxime Gosselin.

Le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) a confirmé qu'il y a bien eu une querelle à l'adresse où la victime aurait été agressée, mais que l'histoire demeure pour le moment nébuleuse. Les enquêteurs du SPAL n'ont pas encore été en mesure d'interroger la victime vu la nature de ses blessures.

Le suspect, Nikolas Stefanatos, a comparu lundi au palais de justice de Longueuil. Il doit revenir en cour vendredi pour son enquête sur remise en liberté.


Vidéos

Photos