Une 100e manifestation nocturne pour le début des élections


Paule Veilleux-Turcotte

Dernière mise à jour: 02-08-2012 | 08h11

MONTRÉAL – Pour une rare fois depuis le début de l'été, quelques milliers de personnes ont pris part à la manifestation nocturne, la 100e, contre la hausse des frais de scolarité.

C'est dans une ambiance électrique que plus de 5000 personnes se sont donné rendez-vous à la place Émilie-Gamelin, lieu habituel des rassemblements avant le départ pour les traditionnelles manifestations.

La marche a été déclarée illégale avant même le départ, faute de trajet.

Aussi sur Canoe.ca
De nombreuses pièces pyrotechniques ont été lancées parmi la foule, en plus de projectiles qui ont été tirés sur les policiers et des immeubles.

Alors que les marches des dernières semaines étaient beaucoup plus pacifiques et moins achalandées, le début de la 100e manifestation nocturne a été marqué par la présence de manifestants énergiques et bruyants, rappelant ainsi l'ambiance survoltée des premiers grands rassemblements nocturnes.

Une quarantaine d'adeptes du Black Bloc se sont aussi imposés lors du rassemblement, en étant présents à la tête de la manifestation une bonne partie du trajet.

Des manifestants masqués ont également été aperçus parmi la foule.

Au total, 17 personnes ont été arrêtées lors de cette marche. 11 d'entre elles ont été interceptées en vertu d'infractions au règlement municipal. Six autres devraient être accusées au criminel pour entrave au travail des policiers, agression armée, bris de condition et port d'arme dans un dessein dangereux.

Une vitre de l'édifice abritant les bureaux du premier ministre sur la rue McGill College avait été fracassée. Une bombe fumigène avait aussi explosé à cet endroit. Une deuxième vitrine a été fracassée sur la rue Sainte-Catherine Est, près de la rue Papineau.

De nombreuses pièces pyrotechniques ont aussi été lancées, selon la police.

Plusieurs avis de dispersions ont donc été lancés par la police, mais les centaines de manifestants ne les ont pas suivis. Les policiers ont ensuite chargé la foule pour la disperser.

Les manifestants se sont alors regroupés en revenant vers la place Émilie-Gamelin. Vers 23 h 30, ils étaient au moins un millier dans ce secteur, ce qui a causé de la congestion routière dans le secteur. Ils marchaient toutefois pacifiquement.

Le retour des casseroles

Un peu plus tôt mercredi soir, après une pause estivale de quelques semaines, les étudiants et les opposants à la Loi 78 ont de nouveau pris la rue, casseroles à la main.

Plusieurs centaines de personnes avaient commencé à déambuler dans les rues de la métropole sur le coup de 20 h, l'heure à laquelle les concerts de casseroles avaient l'habitude de commencer.

Le départ a été effectué à la station de métro Rosemont.

Les manifestants ont emprunté la rue Saint-Denis vers le sud, ce qui a engendré une fermeture à la circulation dans le secteur.

Les marcheurs avec leur batterie de cuisine se dirigeaient vers la place Émilie-Gamelin afin de prendre part à la 100e manifestation nocturne contre la hausse des frais de scolarité.

Parallèlement, une autre manifestation avait lieu en même temps dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Un automobiliste fonce sur des manifestants

Alors que le défilé des casseroles se voulait un rassemblement festif, la marche a été assombrie par un automobiliste agressif.

Quelques minutes après 20 h, un conducteur a délibérément foncé sur des manifestants à l'intersection de la rue Saint-Denis et de l'avenue Laurier.

Un protestataire heurté par le véhicule a été transporté à l'hôpital. Selon la police de Montréal, la victime est un homme de 41 ans, qui portait une mascotte à l'effigie de Jean Charest. il a subi une entorse à la cheville et une éraflure à la jambe.

Les policiers tentaient de retrouver le chauffard mercredi en soirée.

Selon un témoin sur les lieux, le conducteur a délibérément foncé sur les manifestants. « On était au milieu de la rue et on jouait des casseroles. Une voiture a forcé le passage et a même accéléré. Elle est passée à un mètre de moi. Au croisement, elle a heurté quelqu'un que j'ai vu tombé sur le côté, il s'est pris la cuisse », a expliqué le manifestant. Toujours selon ce témoin, la voiture s'est dirigée vers le sud avant de tourner à gauche sur une rue à proximité. La foule s'est rapidement mise à courir, et certains automobilistes, témoins de la scène, ont tenté de pourchasser le conducteur qui avait pris la fuite.

Les policiers recherchaient l'homme à l'origine de ce délit de fuite. Ils ont en main son numéro de plaque d'immatriculation. Des témoins ont indiqué qu'il conduisait une voiture beige américaine.

Un incident similaire s'était produit en marge de la 29e manifestation nocturne le 23 mai dernier.

Un chauffard avait heurté un manifestant à l'angle des rues Sainte-Catherine et Saint-Denis, avant de prendre la fuite. L'homme avait subi des blessures, mais on n'avait jamais craint pour sa vie.


Vidéos

Photos