Formellement accusé de meurtre prémédité

Magnotta

Luka Rocco Magnotta a comparu mardi après-midi par vidéoconférence au palais de justice de Montréal. Photo REUTERS/Mike McLaughlin


Michaël Nguyen

Dernière mise à jour: 19-06-2012 | 23h51

MONTRÉAL – Au lendemain de son arrivée sur le sol canadien, Luka Rocco Magnotta a comparu mardi après-midi par vidéoconférence au palais de justice de Montréal. Il a été formellement accusé de meurtre prémédité.

C'est la tête basse, habillé d'un survêtement de sport olive pâle, les menottes aux poignets, escorté par deux agents des services correctionnels, que celui que l'on surnomme «le démembreur» a comparu devant la juge Renée Lori Weitzman de la Cour du Québec, depuis le Centre Opérationnel Nord où il est détenu.

L'homme de 29 ans a formellement été accusé du meurtre prémédité de l'étudiant chinois Jun Lin, d'outrage à un cadavre, d'avoir produit et distribué du matériel obscène, d'avoir utilisé la poste pour envoyer du matériel obscène et de harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper ainsi que des membres du Parlement.

L'audience a duré à peine quelques minutes, le temps que son avocat, Me Pierre Panaccio, plaide non-coupable aux quatre chefs d'accusation secondaires. En revanche, l'accusation de meurtre prémédité relevant uniquement de la Cour supérieure du Québec, Magnotta n'a pas eu à dire s'il plaidait coupable ou non.

Aussi sur Canoe.ca
Juste avant la fin de la comparution, Me Panaccio a fait savoir à son client qu'il pouvait l'appeler. « OK », a répondu Magnotta avant de disparaître du champ de la caméra. Les parties ont convenu de revenir en cour ce jeudi. La défense devrait demander un report d'audience le temps que l'accusé soit évalué psychiatriquement et d'établir s'il est criminellement responsable.

«(Magnotta) est accusé de meurtre prémédité, mais les autres chefs sont accessoires», a fait savoir le procureur à la Couronne, Me Louis Bouthillier.

Il sera aidé d'un autre procureur d'expérience, Me Hélène Di Salvo. Cette dernière a d'ailleurs ajouté que l'enquête n'était pas encore terminée. «L'enquête montre que l'on peut satisfaire à l'accusation de meurtre prémédité», a cependant affirmé Me Bouthillier.

«C'est une très très longue enquête, c'est la raison pour laquelle deux procureurs ont été assignés», a précisé Me Di Salvo, ajoutant qu'il n'y a rien d'exceptionnel.

«C'est un dossier qui va avoir une certaine pression médiatique, mais c'est aussi un dossier qui sera compliqué par la lourdeur et la longueur de l'enquête policière», a ajouté Me Di Salvo.

Salle remplie

Bien avant la comparution, les journalistes et des curieux faisaient déjà la file pour être certains de pouvoir assister à l'audience. Plusieurs personnes n'ont pas pu entrer, faute de places disponibles. Les constables spéciaux ont finalement ouvert une salle de retransmission pour accommoder un maximum de personnes.

Arrêté dans un café internet de Berlin le 4 juin après une cavale d'une dizaine de jours, «le dépeceur de Montréal» est arrivé au Canada lundi soir, à bord d'un Airbus Polaris de l'Aviation royale canadienne. L'accusé a foulé le sol canadien sous haute surveillance policière.

Il est soupçonné d'avoir tué et démembré un étudiant chinois, Jun Lin, 33 ans, dans son appartement de Côte-des-Neiges, la nuit du 24 au 25 mai dernier. Magnotta aurait filmé la scène, où il aurait commis des outrages sur le cadavre, avant de mettre la vidéo en ligne.

Le torse du cadavre avait été retrouvé dans une valise, tandis que des parties du corps ont été envoyées au Parlement ainsi qu'en Colombie-Britannique. La tête est toujours manquante.


Vidéos

Photos