Carol-Anne Massé
Agence QMI

Peu de manifestants dans la rue


Carol-Anne Massé

Dernière mise à jour: 18-06-2012 | 23h41

MONTRÉAL – Peu de manifestants se sont déplacés dans les rues de Montréal, lundi soir, lors de la 56e marche nocturne contre la hausse des droits de scolarité.

Environ 100 personnes se sont mises en marche vers 21 h, à partir de la place Émilie-Gamelin.

La manifestation venait d'être déclarée illégale, puisqu'aucun trajet n'avait été remis aux policiers.

Cependant, les participants n'ont pas eu droit à un avis officiel transmis à travers un haut-parleur. Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont plutôt parlé directement au groupe.

Le groupe était bruyant, et quelques marcheurs masqués en faisaient partie.

Bien que les policiers aient indiqué à certains manifestants qu'ils leur demanderaient de prendre les trottoirs dès le départ de la manifestation, les rues ont été bloquées comme chaque soir lorsque l'événement a finalement débuté.

Vers 22 h 30, les marcheurs ont croisé la foule qui quittait le Théâtre St-Denis à la fin du spectacle de la Coalition des humoristes indignés contre la loi 78. Environ 200 personnes se sont brièvement jointes à la manifestation à ce moment-là.

Peu de temps après, une arrestation s'est produite à l'intersection des rues Roy et Saint-Denis. Un homme aurait volé un objet à un manifestant, qui l'aurait ensuite poursuivi jusque dans les bras des policiers placés à proximité.

La marche pacifique a pris fin peu après 23 h, après que les policiers eurent encouragé le groupe à prendre les trottoirs. Un peu de résistance s'est fait sentir, mais la situation n'a pas dégénéré outre mesure.

Plusieurs bornes et panneaux de signalisation ont été mis au sol durant la manifestation.

L'un des slogans scandés par les manifestants pendant la marche faisait allusion au 24 juin prochain. « La Saint-Jean, ça va péter », criaient-ils.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos