Agence QMI

Le métro paralysé par des bombes fumigènes

Dernière mise à jour: 10-05-2012 | 11h37

MONTRÉAL – Le métro de Montréal a été complètement paralysé, jeudi matin, en raison de plusieurs bombes fumigènes lancées sur les rails de trois stations à partir de 8 h, jeudi, ce qui a semé le chaos autour des stations et de gros embouteillage dans la métropole.

Personne n'a été blessé, mais les usagers ont dû faire preuve de beaucoup de patience pour se rendre au travail. Des services provisoires d'autobus ont été mis sur pied à Montréal, à Longueuil et à Laval, mais les files étaient longues pour pouvoir y entrer. De nombreux usagers ont dû marcher ou partager des taxis pour se rendre au travail. D'autres ont dû prendre leur véhicule, ce qui a causé des bouchons de circulation.

Simon Delorme, porte-parole au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a confirmé que les stations Préfontaine, Lionel-Groulx et Jean-Talon ont été les premières touchées par le même nombre d'engins fumigènes. Selon lui, il s'agirait d'actes de vandalisme concertés.

Aussi sur Canoe.ca
Vers 9 h, les stations Pie-IX et Fabre ont aussi été touchées par de la fumée secondaire.

Le service a repris sur la ligne orange entre Côte-Vertu et Berri-UQAM, sur la ligne verte entre Angrignon et Berri-UQAM et sur toute la ligne jaune vers 9 h 15. Le service a repris graduellement sur la ligne bleue vers 10 h. La ligne verte entre Berri-UQAM et Honoré-Beaugrand demeurait fermée.

« C'est une action intolérable, inacceptable, a dit le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, à Québec. On est rendu à quelque chose de très grave. »

« Nous sommes en présence d'un phénomène tout à fait nouveau, là. Il semble que ce ne soit pas une action solitaire, mais une action concertée », a-t-il brièvement commenté, éludant les questions sur la possibilité que le gouvernement ait perdu le contrôle de la crise étudiante.

Le ministre a indiqué qu'il allait regarder « ce qu'on peut faire », en demandant un peu de temps pour se prononcer davantage sur la suite des choses.

Son collègue Pierre Moreau, ministre des Transports, a mentionné « qu'on fait supporter sur l'ensemble des contribuables des inconvénients majeurs avec des mesures qui doivent être dénoncées ». Selon lui, la meilleure façon de prévenir de telles actions est d'arrêter les responsables.

La titulaire de l'Éducation, Line Beauchamp, a évité les questions à ce sujet, préférant attendre d'en savoir davantage.

En l'absence de la chef Pauline Marois au Salon bleu, le député péquiste Bertrand Saint-Arnaud a qualifié les gestes « d'éminemment condamnables ».

Le responsable de la sécurité publique à la Ville de Montréal, Claude Trudel, a affirmé que ces perturbations sont « des attaques contre la population ». En faisant référence au conflit étudiant, il a précisé que « la métropole fait les frais d'un conflit qui perdure », sans toutefois vouloir montrer du doigt un groupe en particulier.

En pleine heure de pointe

Peu après 8 h, le service sur la ligne orange ainsi que la ligne bleue a été complètement interrompu pour une durée indéterminée.

La station Jean-Talon a été complètement évacuée à cause d'une fumée trop importante.

Sur la ligne verte, le service a été interrompu entre les stations Berri-UQAM et Angrignon.

Vers 8 h 30, la STM a annoncé que le service sur la ligne jaune, qui lie la Rive-Sud à l'île de Montréal, était aussi interrompu.

Le SPVM et le Service de sécurité incendie de Montréal ont été appelés sur place. Des ambulances ont aussi été appelées de manière préventive.

Même s'il n'a fallu qu'une trentaine de secondes pour disperser la fumée dans les stations grâce à des ventilateurs, le service n'a pas repris immédiatement afin de permettre la tenue d'une enquête.

Personne n'a été arrêté concernant ces incidents. La police a sécurisé les lieux où les bombes fumigènes ont été lancées, afin de mener leur enquête. Les bandes vidéos seront examinées par les policiers, afin d'identifier les responsables.

Le SPVM a invité les personnes détenant de l'information sur les personnes responsables de ces actes à communiquer avec Info-Crime au 514-393-1133.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos