Jean-Marc Gilbert / Journal de Montréal
Agence QMI

La vie de Dany Villanueva serait en danger

Selon ses proches - La vie de Dany Villanueva serait en danger

Dany Villanueva© Agence QMI / Archives


Jean-Marc Gilbert / Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 28-11-2011 | 17h58

MONTRÉAL – S'il est déporté vers son Honduras natal, c'est une mort certaine qui attend Dany Villanueva, prétend le comité de soutien formé pour empêcher son expulsion.

Daniel José Madrid, 20 ans, un cousin de Dany Villanueva, aurait été tué le mois dernier, après avoir été pris pour ce dernier par des inconnus. Un autre cousin de Dany Villanueva, Gustavo Madrid, aurait également été victime d’une tentative de meurtre au cours de laquelle il aurait été grièvement blessé.

« Tous les membres de la famille vivant au Honduras sont désormais à risque. La meilleure façon de les protéger, c'est de ne pas déporter Dany Villanueva », estime Alexandre Popovic, porte-parole du comité, exhibant des articles de journaux relatant le meurtre de Daniel José Madrid.

Dany est le frère de Fredy Villanueva, tué en août 2008, lors d'une opération policière à Montréal-Nord. Il est sur le coup d'une mesure de renvoi pour cause de grande criminalité à la suite d'une condamnation à 11 mois de prison pour vol qualifié et possession d'arme, en 2006.

Lilian Villanueva veut absolument garder son fils à ses côtés, au Canada. « Si Dany retourne au Honduras, il va mourir et ma mère (victime de menaces) aussi. C’est le message qu’ont donné les personnes qui recherchent Dany », a-t-elle expliqué.

« J'ai déjà perdu un fils (Fredy), je ne veux pas perdre le dernier fils qu'il me reste », a-t-elle ajouté, les larmes aux yeux.

Elle dit avoir contacté à plusieurs reprises le ministre canadien de la Sécurité publique, Vic Toews, pour lui demander d’intervenir et d’empêcher l’expulsion de son fils, mais sans succès.

Même Stéphane Handfield, l'avocat de Dany Villanueva, a dit avoir été la cible de menaces de mort dans une lettre lui disant que « sa tête pourrait bientôt rouler ».

Si le jeune homme est expulsé au Honduras, il pourrait se faire exécuter par les Maras, un puissant gang de rue, s'il refusait d'adhérer au groupe.

De plus, les Escadrons de la mort, un autre groupe qui serait toléré par les policiers, procéderaient à des exécutions dans le but de « faire le ménage », selon ce qu'on peut lire dans des rapports de plusieurs organismes non gouvernementaux.

Certains membres pourraient alors s’en prendre à lui en raison de son passé criminel.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos