Agnès Gaudet
Journal de Montréal

Des reproches à Radio-Canada

Controverse | Studios Mel's - Des reproches à Radio-Canada

Michel Trudel, le grand patron des studios de cinéma Mel’s, est surpris et déçu de l’image qu’on a donnée de lui.© Ben Pelosse/Agence QMI

Agnès Gaudet

Le patron des studios Mel's, Michel Trudel, réfute les accusations portées contre lui à l'émission Enquête de Radio-Canada, qui prétend qu'il possède un monopole sur l'industrie du cinéma au Québec.

Selon Michel Trudel, le reportage diffusé jeudi soir à l'émission Enquête était sensationnaliste et ne montrait qu'un seul point de vue, celui de deux techniciens frustrés et jaloux. Même si la journaliste l'a rencontré en entrevue, il estime qu'elle ne lui a pas donné la chance de bien s'exprimer et qu'elle n'aurait gardé, lors du montage, que les petits bouts qui faisaient son affaire.

«C'est drôle, dit-il, ils n'ont pas interviewé de producteurs de films comme Denise Robert et Lorraine Richard. Ils auraient eu l'autre côté de la médaille.»

L'homme d'affaires ne compte pas poursuivre en justice. "Au Québec, dit-il, ça ne donne rien. Je ne dépenserai pas 50 000 $ pour gagner 50 cennes. Je veux simplement rétablir les faits et dire la vérité.

Radio-Canada, ce sont eux qui ont le monopole fédéral, ajoute-t-il furieux, avec l'argent à 100 % du public. C'est à se demander pourquoi ils reçoivent de l'argent si c'est pour faire des reportages comme celui-là. Quel est le but ? Au Québec, on a besoin de s'entendre et d'attirer de la business."

«Je ne dois rien à personne»

Michel Trudel se dit aussi «totalement surpris » par l'intervention du directeur général de l'AQTIS, Danny Chalifour, qui demande aux gouvernements d'intervenir pour «corriger la situation qui prévaut chez Mel's»

«Ça n'a rien à voir, lance Michel Trudel. Ça ne les regarde pas. Moi, je suis propriétaire d'équipements. Je ne reçois pas de subventions et je ne dois rien à personne. Je dirige ma compagnie de bonne foi.»

L'AQTIS estime également que des producteurs vont tourner leur film ailleurs parce qu'ils ne peuvent pas négocier de prix dans ce système où M. Trudel aurait le monopole.

Pas perdre de jobs

"Je ne fais pas perdre de jobs, au contraire, se défend Michel Trudel. Il n'y a aucun producteur qui ne veut pas négocier avec moi. Qu'ils m'en présentent un pour voir ! À Los Angeles, on me reçoit à bras ouverts. Tout le monde est heureux de me voir.

En 2007 et 2008, il n'y avait plus de films qui se tournaient à Montréal à cause des syndicats, raconte l'homme d'affaires. J'ai travaillé sur les crédits d'impôt, je me suis déplacé moi-même, à mes frais, pour aller rencontrer les producteurs étrangers et les ramener au Québec. Ils sont revenus avec Immortal, suivi de Snow White.

«On a perdu Total Recall pour Toronto, admetil, parce qu'on n'avait plus de place dans les studios. Je suis retourné rencontrer les producteurs, je leur ai expliqué la situation et ils reviennent cette année avec Singularity, un film de 200 millions et 480 millions en retombées économiques. Ça va faire travailler 300 ou 400 techniciens.»

Ma priorité a toujours été d'assurer des tournages à longueur d'année. Je me fends en huit pour eux (les quelques techniciens) et ils tirent sur moi à boulets rouges. Dans quel but, je me le demande ?"

«Jamais eu une cenne de personne» - Michel Trudel

Dans le reportage de l'émission Enquête, des gens du milieu du cinéma reprochent à Michel Trudel d'avoir le monopole sur la location d'équipements.

«C'est très simple, dans mes studios, martèle l'homme d'affaires, ils doivent prendre mes équipements. Au Centre Bell, on n'emporte pas sa bière et ses hot-dogs ni son filet mignon au restaurant Steak Frites. Je suis en affaires. Il n'y a rien de mal à ça. Et un studio vide, ce n'est pas rentable. Nous, on vend de l'expertise, du service, de l'équipement et des studios.»

Michel Trudel rappelle également qu'il n'est pas le seul dans l'industrie du film au Québec, comme certains le prétendent, citant les trois studios d'un compétiteur, Ciné-Pool, qui, dit-il, vont très bien.

En ce qui concerne le technicien Yanka Pelletier, qui parle d'une forme de taxage, Michel Trudel se dit déçu d'être ainsi traité et tient à rectifier les faits.

«On me reproche d'avoir empêché le technicien Yanka Pelletier de travailler sur le film de Fabienne Larouche Route 132, ce qui est totalement faux. J'avais une entente d'exclusivité de location d'équipement avec elle et la productrice Denise Robert, comme j'en ai avec plusieurs producteurs. Mais lui (Yanka Pelletier) voulait imposer son propre équipement. Il est technicien ou loueur d'équipement ? Fabienne Larouche le voulait comme technicien. (...) Il a décidé de quitter.»

Assez, les chicanes de famille

M. Trudel réfute aussi le fait qu'il ait une liste noire des techniciens «barrés».

"Au contraire, dit-il, je n'ai rien qu'une feuille blanche. Moi, j'aide tout le monde et je n'en veux pas à Yanka Pelletier ni à Bertrand Dupuis (un autre technicien vu dans le reportage). Un de ces gars-là loue d'ailleurs en ce moment un dolly chez moi et l'autre un espace pour son camion dans le stationnement de Mel's.

«Au Québec, ça chiale quand ça va mal et quand ça va bien, il y en a toujours pour mettre la merde. Ça va faire, les chicanes de famille. On peut-tu faire des films ?», poursuit-il.

Quant aux 3 millions de subvention mentionnés dans les différents commentaires, il semble qu'il y ait confusion. Selon Michel Trudel, cet argent n'a jamais servi à financer la construction des studios Mel's, mais aurait été accordé à son associé Mel Hoppenheim à une autre époque, pour un autre projet.

«Le monde se mélange de business, dit-il, entre celle de Mel Hoppenheim et la mienne. Je n'ai jamais eu une cenne de personne. Que ceux qui disent ça viennent me le montrer, cet argent. La seule affaire que j'ai eue, c'est un prêt que j'ai remboursé depuis longtemps.»

Michel Trudel est en affaires depuis 32 ans. Son slogan est : «Je ne dors pas la nuit, je passe la balayeuse. Vous pouvez m'appeler n'importe quand.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos