Yves Poirier
Agence QMI

Aucune accusation criminelle contre Roch Denis

Îlot voyageur - Aucune accusation criminelle contre Roch Denis

Le fiasco immobilier de l'UQÀM faisait l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec depuis le début de l'été 2008.© Archives / Agence QMI


Yves Poirier

Dernière mise à jour: 02-08-2011 | 18h11

L'ex-recteur de l'UQAM, Roch Denis, ne sera finalement pas accusé au criminel.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales en est arrivé à cette conclusion en raison de l'absence de preuve d'acte criminel dans la gestion financière des projets du Complexe des sciences de l'UQAM et de l'Îlot Voyageur.

Rappelons que le fiasco immobilier de l'Université du Québec à Montréal faisait l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec depuis le début de l'été 2008.

Le dossier avait ensuite été transmis au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales pour analyse de la preuve.

Pourtant, Renaud Lachance, Vérificateur général du Québec, dans un rapport de juin 2008, affirmait que Roch Denis et deux autres dirigeants de l'UQAM avaient bâclé leur travail et manqué de transparence dans les projets de l'Îlot Voyageur et du Complexe des sciences.

Fiasco financier

Cette affaire a coûté une fortune aux Québécois. En cinq ans, le budget du Complexe des Sciences et de l’Îlot Voyageur est passé de 392 millions à quelque 728 millions de dollars.

Le fiasco a aussi obligé Québec à allonger près de 380 millions $ pour sortir l'UQAM du pétrin.

Roch Denis a démissionné de son poste de recteur en décembre 2006 dans la foulée des révélations entourant les dépassements de coûts de ces projets.

Il n'est cependant pas reparti les poches vides. Il a eu droit à une importante allocation de départ de 173 000 $.

Avenir de l'Îlot Voyageur

Le 15 novembre 2010, la Société immobilière du Québec (SIQ) a acquis le triste immeuble de la rue Berri, les terrains ainsi que la Station Centrale au coût de 45,5 millions $.

La SIQ a pour premier mandat de finaliser la relocalisation de la Station Centrale à l'intérieur de l'Îlot Voyageur.

Ensuite, la SIQ va déterminer ce qu'il advient des étages supérieurs de l'Îlot Voyageur.

L'édifice serait plutôt en bon état, mais des fissures ont commencé à y apparaître.

Ces fissures ne représenteraient aucun risque selon la SIQ.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos