Ian Robertson
Agence QMI

Fusillade à Toronto: un mort, deux blessés

Festival caribéen 2011 - Fusillade à Toronto: un mort, deux blessés

Un photo prise lors du Carnaval caribéen de Toronto le samedi 30 juillet 2011.© Dave Thomas/Agence QMI


Ian Robertson

Dernière mise à jour: 31-07-2011 | 23h06

TORONTO – Deux agents de la police de Toronto sont sous enquête à la suite de la fusillade survenue samedi soir lors du Carnaval caribéen, au cours de laquelle un policier a abattu un homme qui refusait de déposer son pistolet après avoir tiré dans la foule.

Un autre homme et une femme dans la vingtaine ont également été blessés lors de cette fusillade survenue peu après 19 h, à la suite d’un défilé, près de l’Exhibition Place de Toronto.

Selon un témoin, les policiers armés ont demandé environ six fois au suspect de laisser tomber son fusil.

«Je regardais le gars quand j’ai entendu des détonations, a déclaré ce témoin, qui a préféré taire son identité. Il s’est retrouvé au sol et du sang était visible sur sa chemise.»

Les policiers auraient alors entamé les manœuvres de réanimation. Le tireur, possiblement âgé dans la trentaine, a été transporté à l’hôpital où son décès a été constaté.

La femme qui a été blessée lors de ces événements a aussi été soignée dans un centre hospitalier. Dimanche soir, son état était considéré comme «critique mais stable».

Une troisième personne, qui semblait être un spectateur selon des témoins, a subi des éraflures au-dessus d’un sourcil et a aussi été hospitalisée.

D’après un autre témoin de la scène, le drame aurait commencé lors d’une dispute entre cinq ou six hommes. Puis, un des individus a «tiré dans la foule».

«J’ai entendu deux détonations et ensuite les gens se sont mis à courir, a-t-il précisé. La police est arrivée et j’ai entendu encore d’autres coups de feu».

«J’ai alors vu une femme, elle portait un costume et elle pleurait, a-t-il ajouté. La personne qui l'accompagnait était devenue très agitée et criait : “Elle s’est fait tirer, elle s’est fait tirer.” Les spectateurs ont alors fui les lieux.»

La police de Toronto n’a pas voulu émettre de commentaire, car le dossier est maintenant entre les mains de l’Unité des enquêtes spéciales, qui a interrogé 16 témoins, en plus des deux policiers mis sous enquête.

Ce n’est pas la première fois qu’une fusillade survient lors des festivités entourant le Carnaval caribéen de Toronto. En août 1996, un membre de gang Elrick Christian avait succombé à ses blessures, pendant que trois autres personnes avaient également été victimes des échanges de coups de feu, dont un visiteur américain et une infirmière britannique, qui était restée paralysée.

Le Carnaval caribéen à Toronto, un événement annuel, est le plus important du genre en Amérique du Nord.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos