Daniel Renaud
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

Quatre manifestants du 1er mai arrêtés

Daniel Renaud
Le Journal de Montréal

Les policiers d'une nouvelle escouade créée pour lutter contre les mouvements marginaux ont arrêté quatre personnes relativement aux blessures subies par des policiers, lors de la manifestation de la fête du Travail le premier mai dernier.

Les quatre suspects, deux hommes et deux femmes âgés entre 19 et 52 ans seront accusés, le 13 juillet, de voies de fait, agression armée, port d'une arme dans un dessein dangereux et entrave.

Ils ont été arrêtés la semaine dernière par les enquêteurs d'une nouvelle escouade appelée GAMMA (Guet des activités et des mouvements marginaux et anarchistes) qui relève de la Division du Crime organisé de la police de Montréal.

Il s'agit des premières arrestations de cette escouade dont la création a été pensée il y a un an, à la suite de méfaits commis contre des auto-patrouilles dans des postes de quartier de Côte-des-Neiges et d'Hochelaga-Maisonneuve.

Les menaces envers la police et les affrontements avec les policiers sont de plus en plus fréquents depuis quelques années et avec cette escouade, le SPVM veut mieux supporter ses patrouilleurs et coordonner sa lutte aux groupes marginaux et anticapitalistes.

D'autres arrestations pourraient suivre relativement aux événements du premier mai dernier.

À coups de 2x3

Ce jour-là, des policiers ont tenté d'arrêter un individu qu'ils considéraient comme un agitateur durant la manifestation organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) de Montréal.

Mais des manifestants, cagoulés et armés de 2x3, nous a-t-on dit, se seraient mis à frapper les agents.

Six d'entre eux ont été blessés, souffrant principalement de coupures. L'un d'eux a cependant subi une commotion cérébrale.

Un communiqué du Parti communiste révolutionnaire publié sur le site internet du Centre des médias alter natifs de Montréal identifie l'un des individus arrêtés comme étant Patrice Legendre, 52 ans, un ouvrier communiste qui se ferait appeler William.

Selon le communiqué, la police se demande si Legendre pourrait être impliqué dans l'attentat à la bombe survenu au bureau de recrutement des Forces canadiennes à Trois-Rivières il y a un an.

Cet attentat, revendiqué par la Résistance internationaliste, n'a toujours pas été élucidé.

Le même groupe a revendiqué des méfaits commis contre un pylône d'Hydro-Québec en Estrie en 2004 et l'explosion de la voiture du porte-parole de l'Institut canadien des produits pétroliers, Carol Montreuil, en 2008.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos