Jean-Louis Fortin
Agence QMI

Projet Montréal demande au vérificateur général d’enquêter

Société du Havre - Projet Montréal demande au vérificateur général d’enquêter

Richard bergeron© Agence QMI


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL - Le parti Projet Montréal et son chef Richard Bergeron ont demandé mercredi au vérificateur général Jacques Bergeron d’enquêter sur la Société du Havre de Montréal (SHM), dont la gestion et les états financiers seraient cachés du public.

Richard Bergeron a également reproché au maire de Montréal Gérald Tremblay d’avoir confié à la SHM la maîtrise d’œuvre du nouveau Quartier Bonaventure, au sud-ouest du centre-ville. En conséquence, selon lui, ce projet majeur échappera au contrôle des élus municipaux.

En conférence de presse, Richard Bergeron a expliqué qu’il lui avait été impossible d’obtenir une copie des états financiers de la SHM en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, puisqu’il s’agit d’une société autonome qui ne compte aucun élu sur son conseil d’administration. «On a vu jusqu’où pouvait conduire cet éloignement de l’œil des élus, avec le scandale de la Société d’habitation et de développement de Montréal (en 2008)», a-t-il mentionné, avant de carrément demander le démantèlement de la SHM.

«Contrats secrets»

Depuis 2002, la Ville de Montréal a versé plus de 10 millions $ à la SHM et elle vient tout juste de lui octroyer un autre 10 millions $ pour la période 2011-2015. Selon Projet Montréal, la SHM a octroyé, en février dernier, un contrat pour des plans et devis à la firme IBI avant même que le conseil municipal n’en vote les crédits.

Dans une lettre qu’il a fait parvenir au vérificateur général, Richard Bergeron l’enjoint à se pencher sur le cas de la SHM, affirmant que «la création d’organismes à but non lucratif dont la Ville est le premier commanditaire a pour effet de multiplier des dépenses et des contrats secrets qui sont à l’abri de l’œil public».

La SHM rend des comptes

Selon le porte-parole de la SHM François Perreault, Projet Montréal a rapidement obtenu tous les états financiers demandés, même si l’organisation n’est pas soumise à la Loi sur l’accès à l’information. «La porte est grande ouverte pour le vérificateur, il peut venir enquêter», a-t-il assuré.

«La transparence est à ce point grande que le bureau mixe qui gère le projet Bonaventure va être tenu de faire rapport au comité exécutif et à la direction générale de la Ville tous les trois mois», a affirmé François Perreault.

Selon ses explications, en vertu du mandat récemment confié à la SHM, les états financiers et les rapports d’activités seront bientôt disponibles sur le site web de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos