Besoin d’un camion pour déménager? Oubliez ça!

1er juillet - Besoin d’un camion pour déménager? Oubliez ça!

Robert Lalonde, vice-président de Discount/Via route pour l’est du Québec croit que les temps ont bien changé dans le domaine du déménagement. © Agence QMI

MONTRÉAL - À une semaine du 1er juillet, pour beaucoup de Montréalais, dénicher un camion de location est une mission quasi impossible.

Depuis le moins de mai, plusieurs compagnies de location de camions et remorques affichent complet. Invoquant la loi de l’offre et la demande, certaines d’entre elles en profitent pour doubler, voire tripler leurs tarifs.

Chez les principales compagnies de location, dont U-Haul, Bleu-Pélican, Discount, Kangouroute et Thrifty, aucun véhicule n’est disponible le jour de la fête du Canada. Dans le cas de Thrifty à Dorval, il restait toutefois un camion 20 pieds, disponible à partir de 8 h 30 pour 300 $ plus taxes. «Tous nos autres camions se sont envolés en peu de temps dès le mois d’avril, en prévision du 1er juillet», mentionne le responsable des camions chez Thrifty, Jean-Marc Blanchette.

Et ailleurs? «Tous nos véhicules sont réservés depuis deux mois», affirme Nelson Rose de chez Bleu Pélican de L'Île-Perrot. La situation est la même pour les autres succursales de la bannière.

Même son de cloche au Kangouroute de Pincourt, où les camions de location sont tous réservés pour le 1er juillet depuis la mi-avril.

Depuis un mois, les téléphones des compagnies de location de camions ne dérougissent pas. «Nous recevons encore une dizaine d’appels par jour pour le 1er juillet», soutient Denis Côté, gérant au U-Haul de la rue Hochelaga, à Montréal.

Il faut mentionner que les prix varient d’une compagnie à l’autre selon le temps de location prévu, allant de quelques heures à une journée complète. Certaines compagnies fixent leurs tarifs selon le kilométrage parcouru.

Les temps ont bien changé

Il fut une époque où, à l’aube du 1er juillet, c’était la cohue pour se procurer un camion de déménagement en location. «J’ai vu des gens faire la queue à deux ou trois heures du matin devant la succursale pour être sûr de mettre la main sur un véhicule», raconte Robert Lalonde, vice-président de Discount/Via route pour l’est du Québec.

Pour M. Lalonde, qui a débuté sa carrière dans le domaine de la location de véhicules en 1980, les temps ont bien changé depuis 20 ans. « Les gens ne déménagent plus nécessairement le 1er juillet. Même si juin demeure une période de pointe, c’est de plus en plus étalé tout au long de l’année », fait-il remarquer.

On estime qu'entre 200 000 et 250 000 ménages, soit 20 % de tous les ménages locataires du Québec, changent de domicile durant la période de déménagement allant de la mi-juin à la mi-juillet.


Vidéos

Photos