Jean-François Harrisson tient à sa nomination

Malgré les accusations - Jean-François Harrisson tient à sa nomination

Jean-François Harrisson© Le Journal de Québec - archives

Sébastien Ménard
Le Journal de Montréal

Accusé de possession et de distribution de matériel pornographique juvénile, le comédien Jean-François Harrisson veut absolument demeurer en nomination lors du prochain Gala Artis.

En entrevue au Journal, hier, l'avocat de Harrisson, Claude F. Archambault, a expliqué avoir été contacté par une avocate représentant le Gala Artis, il y a quelques jours.

Aussi sur Canoe.ca

Selon Me Archambault, celle-ci souhaitait savoir si Harrisson «voulait demeurer en nomination vu les circonstances et pour ne pas attirer la controverse».

« On en a parlé et on en est venu à la conclusion qu'on voulait qu'il demeure en nomination parce que son talent reste le même », explique Claude F. Archambault.

« C'est un comédien talentueux et il est présumé innocent, dit-il. Il ne faut pas le condamner trop vite. Il a peut-être une défense à faire valoir. »

«On ne se désiste pas»

Le célèbre avocat affirme ne pas savoir ce que les organisateurs du Gala Artis ont décidé de faire, mais « nous, on ne se désiste pas », a répété Claude F. Archambault.

La liste des artistes en nomination sera dévoilée, mardi, en conférence de presse.

La porte-parole de TVA, qui diffusera le Gala au mois d'avril, a refusé de confirmer si Jean-François Harrisson figurait toujours sur la liste des personnes nominées. « Je ne commenterai pas ça aujourd'hui », a indiqué Nicole Tardif, hier après-midi.

L'an dernier, la vedette de VRAK.TV, une chaîne conçue pour les jeunes de 3 à 17 ans, avait obtenu une nomination dans la catégorie Artiste d'émissions jeunesse.

Idole des jeunes pour ses rôles dans Une grenade avec ça? et R-Force, Jean-François Harrisson, 34 ans, a été accusé jeudi de possession et de distribution de matériel pornographique juvénile.

Il a pu recouvrer sa liberté sous de sévères conditions. Le comédien ne peut se trouver seul en présence de mineurs, notamment.

Père d'un garçon de 11 ans, Harrisson est « très malheureux » de la tournure des événements, selon son avocat.

« Il est malheureux pour sa famille et pour ses collègues de travail », dit Claude F. Archambault.

Stratégie de défense

L'avocat a laissé entrevoir, hier, quelle pourrait être sa stratégie de défense lors du procès.

« Mon premier réflexe d'avocat va être de regarder si le mandat de perquisition respecte les exigences fixées par les tribunaux et si la preuve obtenue est légale », dit-il.

« Il faudra ensuite regarder dans quelles circonstances ça s'est passé, si ça s'est passé », ajoute-t-il prudemment.

« Si ç'a été fait dans un but scientifique, artistique ou éducatif, c'est une défense », soutient l'avocat.

Jean-François Harrisson doit revenir en cour le 3 avril prochain.


Vidéos

Photos