Patientes trop maigres

Dr Bisson - Patientes trop maigres

Des patientes traitées par le Dr Bisson avaient un indice de masse corporelle inférieur à 18,5, ce qui réduisait encore les chances de réussite des opérations.Photo d'archives - Yvan Tremblay

Jean-François Codère
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 11-09-2008 | 12h19

Vieille de plus de 110 ans, la technique de transfert de gras utilisée par le Dr Denis Bisson pour des augmentations mammaires continue d'être contestée, est venu témoigner hier à titre d'expert un chirurgien plastique de la région de Québec, le DrNormand Houle.

«Ça fait plus d'un siècle que la première intervention a été faite et si on se pose encore la question, c'est qu'il y a forcément quelque chose de pas correct», a commencé le Dr Houle, appelé à témoigner devant le comité de discipline du Collège des médecins dans la cause du DrBisson.

«Le consensus est à l'effet qu'il s'agit d'une technique qui n'est pas sécuritaire et qui ne devrait pas être utilisée», a-t-il par la suite conclu, après avoir exposé quelques articles scientifiques sur la question.

Le Dr Denis Bisson est accusé d'avoir utilisé la technique du transfert de gras sur deux patientes, prélevant du gras aux fesses, aux cuisses et au bas du ventre pour l'injecter dans leurs seins.

Les deux patientes ont rapidement reperdu le volume gagné et eu le corps déformé par les prélèvements graisseux.

Patientes maigres

À propos des prélèvements, le Dr Houle a cité hier une étude selon laquelle la patiente idéale pour une telle opération aurait un indice de masse corporelle (IMC) situé entre 21 et 29.

Or, les deux patientes avaient des IMC respectifs de 17 et 17,5. Santé Canada définit comme un «poids insuffisant» un IMC inférieur à 18,5.

«Il n'y a pas d'interdit formel» à procéder à un prélèvement graisseux sur une patiente déjà maigre, a reconnu le Dr Houle, mais «le principe de base dit qu'on ne peut pas aller chercher ce qui n'existe pas».


Vidéos

Photos