Elle s'est battue jusqu'à la fin

Décès - Greffe - Elle s'est battue jusqu'à la fin

Céline Dion avait à coeur la cause de Brigitte Laflamme.Photo d'archives - Pierre Vidricaire

Gabrielle Duchaine
Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 22-07-2008 | 09h06

La première Québécoise atteinte de fibrose kystique à subir une greffe de poumons est décédée vendredi. Elle aura vécu près de 20 ans grâce à l'intervention, qui a redonné espoir à des milliers personnes condamnées par la même maladie.

Brigitte Laflamme est morte à l'âge de 37 ans dans une chambre de l'hôpital Notre-Dame. Elle aurait fêté le vingtième anniversaire de sa double greffe pulmonaire le 20 septembre.

«C'est quand même un grand exploit. C'est incroyable qu'elle ait pu se rendre aussi loin. Ça montre que les personnes atteintes de cette maladie peuvent avoir une vie presque normale», s'exclame le directeur général du Comité provincial des adultes fibrose kystique, Laval De Launière.

Une battante

La forme grave de fibrose kystique de Brigitte Laflamme a été diagnostiquée à la naissance. «Elle s'est battue à partir de ce moment-là jusqu'à vendredi, raconte sa soeur Christine. Elle a toujours lutté pour sa famille, parce qu'elle savait que ça nous ferait trop de peine si elle partait.»

La malade a été opérée à l'âge de 18 ans à l'Hôpital général de Montréal, alors que son état se dégradait sans cesse. Elle est ainsi devenue la première Québécoise atteinte de fibrose kystique, une maladie mortelle qui entraîne des problèmes respiratoires graves, à subir une greffe de poumons.

«Ça a été quelque chose de spectaculaire, dit M. De Launière. Elle devait mourir à 18 ans, elle aura vécu jusqu'à 37 ans. Je me suis toujours servi d'elle comme exemple avec les autres malades. Elle donne beaucoup d'espoir.»

Pas toujours facile

Malgré tout, la vie de ce précurseur n'a pas toujours été rose. Elle a dû subir une greffe de rein il y a sept ans après quatre années d'hémodialyse, un effet des médicaments antirejet. Puis, au cours des dernières années, elle était branchée en tout temps à un appareil à oxygène à cause d'infections pulmonaires récurrentes.

«Elle allait travailler avec sa bouteille jusqu'à la toute fin», dit fièrement sa sœur.

Brigitte Laflamme a été hospitalisée jeudi après être tombée en tentant justement de changer son appareil.

«Elle savait qu'elle achevait», raconte sa sœur. Elle était allée visiter l'unité des soins palliatifs quelques semaines auparavant. «Son corps n'était plus capable.»


Vidéos

Photos