Croisade contre la CSST

Daniel Renaud
Le Journal de Montréal

Quatre mois après avoir perdu son mari mort enseveli dans une tranchée, une mère de famille part en croisade pour changer la Loi sur la santé et sécurité au travail de façon à permettre les poursuites contre les employeurs négligents.

«Mes enfants se sont fait voler leur père. Ils méritent de ne manquer de rien», lance, avec colère, Kimberley Labrecque.

Le 5 octobre dernier, son grand amour et père de deux de ses trois enfants, Fabien Guindon, est mort alors qu'il réparait une conduite d'eau dans un nouveau développement, à Oka.

L'homme de 38 ans, qui travaillait dans une tranchée, à deux mètres du niveau du sol, a été enseveli quand les parois de la tranchée se sont effondrées sur lui.

«Le poids du déblai, qui était trop proche du trou, a amené l'effondrement de la paroi», explique le porte-parole de la CSST, Éric Arseneault, qui ajoute que l'employeur, la Ville d'Oka, «n'a pas bien géré la sécurité des travaux d'excavation».

À la suite de cet accident, la Commission de la santé et sécurité au travail a envoyé un dépliant à toutes les municipalités du Québec leur rappelant les mesures à prendre lors de travaux d'excavation.

Elle a blâmé la Ville d'Oka et pourrait lui imposer une amende de 5 000 $ à 20 000 $. La cause se poursuit le 26 mars.

Mort pour rien

Pour la perte de son mari, la CSST va verser à Kimberley Labrecque et à ses trois enfants environ 300 000 $ jusqu'en 2021. «C'est moins que la moitié du salaire de Fabien s'il avait travaillé jusqu'à 65 ans», dénonce la jeune veuve, qui juge le montant nettement insuffisant pour assurer la subsistance de la famille.

La Loi de la santé et sécurité au travail est un régime de no fault et empêche toute poursuite contre un employeur négligent.

Kimberley Labrecque a commencé à sensibiliser des élus et veut lancer une pétition réclamant la disparition du no fault.

«Si j'avais pu poursuivre, j'aurais pu obtenir des millions. Je devrais au moins avoir le choix, prendre l'argent de la CSST ou poursuivre», dit-elle.

«Pour le moment, le décès de Fabien est une mort inutile. Je me bats pour ne pas qu'il soit mort pour rien», conclut-elle.


Vidéos

Photos