Enfin un Noël sobre pour Alexandre, 16 ans

Le Journal de Québec

Alexandre a 16 ans. Il n'a même pas l'âge légal de boire que, déjà, il a décidé que ça en était assez.

Depuis 10 mois, Alexandre est sobre et fréquente régulièrement les réunions des Alcooliques Anonymes et de l'organisme Narcotiques Anonymes.

Pas facile, d'arrêter de consommer si jeune. La pression des pairs est forte. Alexandre, qui fréquente encore l'école secondaire, se fait souvent solliciter.

«On me demande toujours si je vais consommer au moins à l'après-bal, et on reste incrédule quand je dis non». Et il a le «non» ferme. «C'est devenu comme un automatisme», explique-t-il.

S'il arbore un large sourire aujourd'hui, Alexandre a connu le bas fond qui l'a amené à arrêter de consommer il y a dix mois.

Le jeune homme, qui venait pourtant d'une bonne famille, «une famille d'intellectuels» dit-il, croit que c'est pour attirer l'attention qu'il a commencé à abuser de drogues et de l'alcool à 13 ans.

Des groupes pour jeunes

Pour ne pas vivre trop d'isolement, Alexandre peut compter sur des réunions AA dédiées aux jeunes. «Mais je n'en ai jamais croisé d'aussi jeune que moi», dit-il.

Une cinquantaine de jeunes se réunissent à tous les lundis, dans un sous-sol d'église de la métropole.

Café et tisane sont servis et un membre donne une conférence sur son alcoolisme et son rétablissement.

Il y a quelques semaines, c'était Alexandre qui partageait son histoire devant une salle remplie.

Dans les groupes d'adultes, l'adolescent vit plus d'incompréhension. Il a souvent entendu des membres dans la cinquantaine lui dire: «Le jeune, t'as pas bu la moitié de ce que j'ai échappé sur ma cravate», un refrain célèbre, semble-t-il, dans le mouvement.

Des fêtes à jeun

Depuis trois ans, c'était le premier Noël sobre pour Alexandre.

L'an passé, au jour de l'An, Alexandre se souvient avoir fumé des joints, sniffé du speed et bu jusqu'à tard dans la nuit avec deux amis.

«J'ai été malade comme un chien le lendemain. Je n'en garde pas de bons souvenirs».

Cette année, au lieu de consommer dans la nuit du 31, il ira au party organisé par le comité des jeunes Alcooliques Anonymes.

Réunion des AA

Parce que le temps des fêtes, ce n'est pas toujours facile pour un alcoolique, entre 2000 et 3000 membres des Alcooliques Anonymes se réuniront au Cégep de Maisonneuve aujourd'hui, de 14h à 3h du matin, pour célébrer le Nouvel An sans alcool.

Danse, conférences, traditionnel décompte et boissons énergisantes sont au menu de cette journée de festivités organisée par le comité des jeunes des Alcooliques Anonymes.

Faire la fête

Pour Gilles, Nicolas, Karl et Alexandre, quatre membres du comité organisateur rencontrés par le Journal, c'est l'occasion de faire la fête sans la finir à quatre pattes.

«Des événements comme ça, c'est pour se réjouir et se rappeler qu'on peut avoir du plaisir, même à jeun» explique Alexandre, 16 ans et sobre depuis dix mois.


Vidéos

Photos