Abattage d’un chêne vieux de 200 ans

Parc du Bois-de-Coulonge - Abattage d’un chêne vieux de 200 ans

Un chêne rouge vieux de 200 ans a été abattu récemment en bordure de la falaise dans le parc du Bois-de-Coulonge à QuébecCanoë

Dominique Salgado

Un vieux chêne rouge faisant partie intégrante de la richesse du patrimoine a dû être abattu récemment en bordure de la falaise dans le parc du Bois-de-Coulonge, à Québec. Bien que ne faisant que 0,8 m de diamètre, il était jugé dangereux. L’arbre aurait vu le jour il y a plus de 200 ans.

C’est ce que révèle une évaluation approximative de l’âge du chêne réalisée par Jean Bousquet, professeur à la Faculté de foresterie et géomatique de l'Université Laval qui indique que le chêne serait donc trop vieux pour avoir été planté par le sieur Henry Atkinson qui été le concepteur même des jardins du domaine «Spencer Wood» devenu aujourd'hui le parc du Bois-de-Coulonge. Il se serait porté acquéreur de la propriété qu’en 1835 pour l'aménager durant les décennies suivantes.

Hypothèses
Le professeur Bousquet estime que cette découverte fait place à deux hypothèses: ou bien ces chênes ont été plantés par quelqu'un d'autre avant Atkinson – Henry Powell a acquis les terres du Séminaire en 1780, mais aurait, semble-t-il, fait peu d'aménagement. Ou encore, ils sont des reliques naturelles d'anciennes chênaies comme celles situées en bordure de la falaise ailleurs à Sillery.

Adjacents à l'arbre abattu, d'autres chênes rouges sont encore bien vivants. Certains dépassent facilement un mètre de diamètre, ce qui laisse entendre qu'ils sont aussi vieux, sinon plus vieux que leur infortuné compagnon. Selon la Commission de la capitale nationale du Québec, de nombreux arbres centenaires et multi centenaires figureraient sur le promontoire de Québec–Sillery–Cap-Rouge.


Vidéos

Photos