Bel et bien coupable

Wilbert Coffin - Bel et bien coupable

© Photo Corbis

David Santerre
Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 17-11-2007 | 09h28

Alors que bien des gens sont persuadés que Wilbert Coffin a été injustement reconnu coupable du meurtre de trois chasseurs américains en Gaspésie en 1953, un avocat et auteur publie un ouvrage qui suggère qu'il n'y a pas lieu de douter de la justesse du verdict rendu contre lui.

L'avocat Clément Fortin, originaire de Matane en Gaspésie, rappelle à l'ordre ceux, comme le sénateur Jacques Hébert qui a rédigé deux pamphlets prônant l'innocence de Coffin en 1958 et 1963, qui ont toujours affirmé que ce prospecteur de Gaspé avait été victime d'un procès bâclé.

Dans son ouvrage L'Affaire Coffin, une supercherie? il raconte dans les moindres détails, sous forme de docu-roman, ce procès de 19 jours tenu à Percé en juillet 1954.

Il a, pour ce faire, relu une par une les 2250 pages de transcriptions du procès. Ses dialogues sont fidèles à la réalité.

Ce que n'avait pas fait le sénateur Hébert à l'époque, qui n'avait lu que quelques témoignages pour se faire une idée.

Il est vrai que personne n'a vu de ses yeux Coffin abattre Eugene Lindsey, son fils Richard et son ami Frederick Claar.

La preuve

Mais la preuve circonstancielle présentée par la Couronne à l'époque était lourde.

Coffin est le dernier à avoir vu les chasseurs vivants le 10 juin 1953. Il les a aidés à réparer leur camionnette dans les bois.

Au procès, plusieurs témoins ont juré avoir vu Coffin en possession d'objets appartenant aux chasseurs après le meurtre.

Puis, il dépensait sans compter des dollars américains lors d'un voyage vers Montréal les 13 et 14 juin 1953.

Tous ces témoins ont contredit une déclaration faite par Coffin lors d'un interrogatoire policier avant d'être accusé.

Procès équitable

L'auteur de L'Affaire Coffin, une supercherie est résolument contre la peine de mort infligée à Coffin. Là n'est pas le débat. Mais il croit démontrer que Coffin a été trouvé coupable après un procès équitable, et par un jury qui a correctement jugé une preuve circonstancielle accablante.

«On a déjà écrit dans des articles que le jury était composé de Gaspésiens ignorants. C'est pour les réhabiliter que je leur ai dédié ce livre», indique Clément Fortin en entrevue avec le Journal.

Comité de révision

Mais la soeur de Coffin, Mary Stewart, et son fils Jimmy se battent encore pour faire innocenter Wilbert Coffin. L'an dernier, la Chambre des communes demandait au Comité de révision des condamnations criminelles de revoir l'affaire.

«Elle m'a dit qu'elle avait des preuves solides et que son frère sera réhabilité», résume Clément Fortin d'une courte rencontre avec Mary Stewart Coffin, récemment, au salon du livre de Rimouski. Mais l'auteur persiste et signe. «Deux conclusions s'imposent, lit-on dans les dernières lignes de l'ouvrage. Le procès de Wilbert Coffin est authentique, mais l'affaire Coffin est une supercherie.»

Il sera possible de rencontrer l'auteur Clément Fortin au Salon du livre de Montréal samedi et dimanche.

Chronologie de l'affaire Coffin

  • 5 juin 1953: Eugene Lindsey, Richard Lindsey et Frederick Claar quittent la Pennsylvanie pour un voyage de chasse à l'ours en Gaspésie

  • 10 juin 1953: Sur un chemin forestier de Gaspésie, leur camionnette tombe en panne. Ils rencontrent Wilbert Coffin qui passe par là et propose de les aider.

  • 13 juin 1953: Wilbert Coffin quitte la Gaspésie pour Montréal.

  • 13 juillet 1953: On retrouve un premier cadavre décomposé et démembré par les ours. Les deux autres seront retrouvés plus tard. Il s'agit des chasseurs.

  • 28 août 1953: Enquête préliminaire de Coffin. Il est cité à procès pour le meurtre de Richard Lindsey. La loi ne permettait alors pas de tenir un procès pour plus d'un meurtre.

  • 16 juillet 1954: Le procès de Wilbert Coffin s'ouvre à Percé devant le juge Gérard Lacroix.

  • 5 août 1954: Après 32 minutes de délibérations, le jury de 12 hommes trouve Coffin coupable de meurtre. Il est condamné à la mort par pendaison.

  • 10 février 1956: Après que les cours d'appel et Suprême aient entériné le verdict du jury de Percé, Coffin est pendu à la prison de Bordeaux à Montréal.

  • 1964: La commission d'enquête présidée par le juge Roger Brossard maintient encore le verdict et sermonne le journaliste Jacques Hébert pour avoir écrit un livre sans documentation suffisante.

  • 11 octobre 2006: Ottawa annonce qu'elle confie la révision du dossier Coffin au Groupe de révision des condamnations criminelles. La soeur de Coffin, Mary, affirme qu'une nouvelle preuve acquitterait son frère. Un dénommé Philippe Cabot, de Gaspésie, aurait avoué à ses enfants, avant sa mort, avoir tué les trois chasseurs.


  • Vidéos

    Photos