Jeune gai battu par 4 skinheads

Le Journal de Québec

Un jeune gai de 24 ans a été sauvagement agressé à coups de poing et à coups de pied par quatre «skinheads» sur la rue St-Jean vers 1h15 dimanche dernier, sans autre raison apparente que celle de son orientation sexuelle.

L'agression n'aurait duré qu'une trentaine de secondes mais a laissé d'importantes séquelles au jeune homme qui préfère garder l'anonymat par crainte d'être de nouveau la cible de ses agresseurs. La victime sortait du bar le Drague et marchait tranquillement sur la rue Saint-Jean à la hauteur de la place d'Youville lorsqu'il s'est assis sur un banc afin de manipuler son «Ipod».

«J'ai vu un gang de gars avec les têtes rasées qui s'en venait en courant. Le temps que je réalise que j'étais en train de me faire attaquer parce que je suis gai, ils étaient rendus sur moi en train de me battre. Ils me donnaient des coups de poing et des coups de pied en me traitant d'hostie de «fif» et de grosse tapette. Je suis tombé par terre et j'ai essayé de me protéger. J'ai crié d'arrêter et ils sont partis en courant. Tout cela s'est passé en 30 secondes maximum», explique le jeune homme.

Du côté des policiers, on affirme ne pas avoir de problème particulier avec les «skinheads» à Québec. Ils seraient impliqués dans un ou deux événements du genre chaque année tout au plus.

De l'aide

Deux autres individus qui se trouvaient à proximité sont venus l'aider à se relever et lui ont demandé s'il voulait appeler la police. «J'étais sonné et le taxi se trouvait juste devant moi. J'ai dit non et je suis embarqué dans le taxi pour joindre des amis. C'est tellement arrivé vite. Je paniquais, je ne comprenais pas ce qui venait de se passer», ajoute la victime.

C'est le chauffeur de taxi qui lui a dit qu'ils étaient quatre à l'avoir battu. Une fois de retour à son appartement, ses colocataires lui ont dit qu'il devait se rendre à l'hôpital pour y recevoir des soins. Il a dû passer deux jours à l'hôpital.

Des blessures

Le jeune homme a eu une importante contusion au dos, une dent cassée et une dislocation de la mâchoire. Les médecins l'ont opéré et lui ont inséré des vis et des élastiques afin qu'il puisse fermer la bouche correctement. Il risque d'avoir des séquelles permanentes comme une perte de sensibilité au niveau de la bouche.

«Je ne peux plus manger, je peux juste boire avec une paille. J'ai des pilules contre la douleur mais ça m'endort et je ne peux plus rien faire quand je prends ça», précise-t-il.

Les parents

Les parents du jeune homme sont carrément scandalisés par l'agression gratuite dont a été victime leur fils. «C'est inacceptable de se faire battre de cette façon parce qu'on est un peu différent en 2007. C'est difficile de garder son calme devant ce genre d'agression mais il ne faut pas embarquer dans leur jeu. On ne combat pas la violence par la violence», dit le père de la victime.


Vidéos

Photos