Mazhari coupable

Conjoint de Myriam Bédard - Mazhari coupable

Nima Mazhari, à Québec, le 2 avril 2007.© CP PHOTO/Jacques Boissinot

David Santerre
Le Journal de Montréal

Seul, sa conjointe Myriam Bédard ayant quitté le palais de justice de Montréal pour aller chercher sa fille à l'école, Nima Mazhari a encaissé le dur verdict du jury appelé à le juger : coupable.

Après deux jours de délibérations, c'est vers 17 heures que les 10 femmes et deux hommes ont convoqué le juge, les avocats et l'accusé en salle d'audience pour annoncer qu'ils avaient convenu d'un verdict de culpabilité aux accusations de vols de tableaux de la peintre Ghitta Caiserman ainsi que de recel.

La théorie de la Couronne, représentée par Me Mario Dufresne, voulait que l'artiste avait quitté l'atelier qu'elle partageait avec Mazhari, boulevard Saint-Laurent, le 26 décembre 2001, car elle ne pouvait plus le supporter.

Comme Mazhari prétendait qu'elle avait une dette envers lui, il aurait profité du déménagement pour voler des tableaux et ainsi se rembourser.

Tableaux non retrouvés

À noter que les tableaux n'ont jamais été retrouvés, et que la preuve contre le présumé voleur était constituée de photos de quelques toiles de Caiserman-Roth exposées sur les murs des résidences du père de Myriam Bédard et de son ex-conjoint.

De toute évidence, le jury n'a pas cru la version abracadabrante fournie par Mazhari lors de son témoignage.

Après avoir entendu les témoignages des proches de la défunte peintre et ceux de Myriam Bédard, il les a qualifiés de mensongers et a présumé que les photos de toiles pouvaient être des montages.

Il a maintenu qu'il croyait être victime d'un complot ourdi par l'entourage de sa célèbre conjointe, après que celle-ci eut livré des témoignages surprenants en marge du scandale des commandites.

Heureux de ce verdit, Me Dufresne a demandé la rédaction d'un rapport présentenciel afin de déterminer s'il exigera que Mazhari rende les toiles volées ou s'il demandera qu'il dédommage les proches de la peintre.

Souriant malgré tout

Réitérant sa foi en la théorie du complot contre lui, Mazhari n'a pas perdu le sourire en entendant le verdict de culpabilité.

Seul au palais de justice, sa conjointe Myriam Bédard ayant quitté plus tôt pour aller chercher sa fille à l'école, comme elle le fait chaque jour depuis le début du procès, le coupable s'est présenté en souriant devant les médias, les remerciant de leur patience.

Pourchassé jusqu'à l'extérieur, il a ajouté qu'il trouvait ce verdict «ridicule » et qu'il le portera en appel.

Il a coupé court à l'entretien en montant dans l'autobus bondé qui l'a ramené chez lui, sous le regard amusé des autres utilisateurs du transport en commun.

CE QU'A FAIT MAZHARI

  • Selon la Couronne, il a volé les tableaux de la peintre Ghitta Caiserman-Roth au moment où ils ont vidé l'atelier que les deux artistes partageaient, le 26 décembre 2001, selon la Couronne.
  • Pourquoi : Mazhari prétend que Caiserman-Roth aurait une dette envers lui et qu'il se serait remboursé en tableaux, avance la Couronne.

  • Nombre de toiles volées : environ une vingtaine.
  • Valeur estimée des tableaux : environ 100 000 $.
  • Lieu où se trouvent les tableaux : inconnu.

  • Vidéos

    Photos