«Un complot» dit Myriam Bédard

Jessica Nadeau

Les accusations de vol et de recel de tableaux qui pèsent actuellement sur Nima Mazhari ne sont qu'un complot de Jean-Marc Saint-Pierre et de la famille Bédard, soutient Myriam Bédard.

Pour Myriam Bédard, les accusations qui pèsent contre son conjoint sont montées de toutes pièces par sa famille qui n'a jamais accepté sa liaison avec Nima Mazhari.

Devant le jury, constitué de plusieurs minorités visibles, Myriam Bédard les a accusés de complot et de racisme.

«Ils (ma famille) avaient beaucoup d'hostilité envers M. Mazhari parce que c'est une personne immigrante. Ils n'acceptaient pas que ma fille soit élevée dans un milieu qui n'est pas typiquement québécois.»

Elle prétend que sa famille a aidé son ex-conjoint Jean Paquet dans sa tentative de lui enlever la garde de sa fille en 2002.

Le conflit s'est réglé par une entente hors cour en 2004 et elle a toujours la garde de la petite Maude.

Mais, selon elle, sa famille lui en veut toujours, la preuve étant les accusations d'enlèvement sur sa propre fille qui pèsent toujours contre elle à la suite de son escapade aux États-Unis avec Mazhari à la fin 2006

«On a vu cet hiver que le bobo n'était pas réglé, qu'ils n'avaient pas encore avalé cette défaite. Ils ont convaincu mon ex d'aller à la police. Ils ont dit toutes sortes de choses sordides à mon sujet et la conclusion de ça, c'est que j'ai passé 15 jours en prison aux États-Unis dans le temps des fêtes.»

Elle a relié son ancien agent, Jean-Marc Saint-Pierre, qui a témoigné jeudi devant le tribunal, à ce complot familial.

Transport de toiles en pleine nuit

Le témoignage de Myriam Bédard, qui a commencé jeudi après-midi, a été interrompu hier matin pour permettre au jury d'entendre celui du policier Guy Coupal qui partageait sa vie au moment du présumé vol.

Celui-ci a affirmé que Myriam Bédard lui avait demandé, en décembre 2001, de lui procurer un camion fermé pour effectuer un transport de toiles de nuit par la porte arrière de l'atelier que Mazhari partageait avec Ghitta Caiserman.

De retour à la barre des témoins, Myriam Bédard a persisté à dire que cette discussion n'avait jamais eu lieu.

jnadeau@journalmtl.com


Vidéos

Photos