Des pancartes pour se loger

Oeuvre d'art - Des pancartes pour se loger

La maison construite avec des pancartes électorales. Un message adressé aux politiciens.Photo Raynald Leblanc

Michel Larose
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 14-05-2007 | 11h42

L'artiste Danièle Bergeron a récupéré des pancartes électorales tombées sous la force du vent et a construit une maison.

Une oeuvre d'art éphémère placée dans un terrain abandonné, car il s'agissait simplement d'adresser un message aux politiciens.

«Les sans-abri, les mal logés, les locataires à statut précaire, qui s'en préoccupe?» demande-t-elle.

«Il me semble que l'on banalise le fait que des gens couchent dehors, c'est tout de même pas normal», dit Mme Bergeron.

La maison construite avec des pancartes électorales avait été placée sur un terrain abandonné. On pouvait y lire un slogan: Un logis pour tous.

«Finalement, quelqu'un a piqué la maison», dit-elle en rigolant.

Des vrais nids-de-poule

L'artiste en art visuel, en mars 2005, avait rempli des nids-de-poule avec de la paille et un oeuf sur l'avenue du Mont-Royal.

Tôt le matin, les employés municipaux avaient retiré les nids mais déjà, des médias avaient eu le temps de capter des images.

«Si les politiciens n'agissent pas, pourquoi ne pas le faire soi-même?» lance-t-elle.

Lors de la valse-hésitation du premier ministre canadien Stephen Harper concernant les accords de Kyoto, Mme Bergeron avait fabriqué des brassards noirs pour les fixer autour des arbres dans un parc.

Un jour, elle a entendu un économiste soutenir que la mondialisation enlevait aux citoyens de plus en plus leur capacité de rêver.

Mme Bergeron est alors descendue dans la rue, dans le quartier Saint-Henri, pour demander aux citoyens d'écrire leur rêve sur une feuille de papier. Ces feuilles ont été transformées en bateau et collées au bout de bâtons. Ils ont été plantés sur un terrain vague...


Vidéos

Photos