Tollé chez certaines ethnies

Martin Bisaillon
Le Journal de Montréal

La chanson du policier de Montréal dénonçant de manière virulente les accommodements raisonnables a fait bondir les communautés culturelles, à tel point que certains réclament son congédiement.

«Je réclame le congédiement du policier. C'est normal de le demander, car on doit donner une leçon à cet agent et à tout le corps policier», tonne Saïd Jaziri, l'imam controversé de la mosquée Al Qods.

Aussi sur Canoe.ca
Selon ce dernier, un congédiement aurait valeur de symbole. Le bouillant imam va même jusqu'à souhaiter que l'agent soit traduit devant les tribunaux.

«Sa chanson est une insulte gratuite. Ça choque notre communauté. Ça confirme la méfiance des immigrants envers la police», fulmine-t-il.

Mots durs

Le Journal révélait, hier, qu'un agent de police de Montréal âgé de 37 ans avait composé une chanson dénonçant avec des mots très durs les accommodements raisonnables.

Cette «oeuvre», que l'on peut écouter sur le site web humourqc.com, est intitulée «Ça commence à faire là». Elle a soulevé l'ire des communautés culturelles visées.

Me Steven Slimovitch, de l'organisme juif B'nai B'rith, désapprouve le contenu de la chanson. Mais il ne va pas jusqu'à demander le congédiement de l'agent fautif.

«La police de Montréal doit se dissocier clairement du geste de son policier. Il faudrait à tout le moins qu'il reçoive une formation en relations raciales», propose-t-il.

«Je trouve quand même incroyable qu'il se dise surpris par les conséquences de sa chanson et qu'il n'avait pas de mauvaises intentions. C'est quand même quelqu'un qui a une arme à feu et un badge et qui est investi de l'autorité.»

«Il y a des limites...»

«Il est important que le SPVM se prononce. Les paroles de la chanson sont déplorables parce que, sous l'angle de l'humour, elles véhiculent de la xénophobie», note pour sa part Fo Niemi, directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales.

«Il a le droit de composer des chansons mais il y a des limites comme appeler les gens des minorités des trous de c...», ajoute-t-il.

Cette opinion est partagée par Kamal Singh, du Temple sikh de Lasalle.

«Ce n'est pas bien. Si je pouvais lui parler, je lui expliquerais qu'un homme investi de pouvoir comme lui doit rester neutre et ne pas se faire l'écho du racisme que ma communauté subit parfois», a-t-il déploré.

La chanson du policier a causé un achalandage monstre sur le site humourqc.com qui est passé de 3000 à 30 000 visites par jour.

Les paroles qui dérangent

«Y'a des limites à s'faire chier dessus Par une minorité de trous de c...»

«Pis ceux qui ne seraient pas contents, Cri...-moi votre camp»

«Si tu n'es pas content de ton sort, Y'existe un endroit qu'est l'aéroport.»

Source: «Ça commence à faire là» sur le site humourqc.com

mbisaillon@journalmtl.com


Vidéos

Photos