Faire son coming-out au travail, c'est essentiel

Marie-Êve Fournier
Le Journal de Montréal

Pour faire avancer leur cause, les gais ne doivent surtout pas cacher leur orientation sexuelle au travail.

Tel est le message qu'a lancé hier Walter Schubert à l'ouverture de la conférence internationale Out for business, dans le cadre des Outgames.

M. Schubert est le fondateur du magazine économique en ligne Gay Financial Network et le premier membre du New York Stock Exchange ouvertement gai.

Dans une salle comble du Palais des congrès, le New-Yorkais a insisté sur l'importance pour les gais de «raconter leur histoire».

«C'est la seule façon de se fondre dans la société», a-t-il martelé à une assistance plutôt décontractée.

«Les gens ont peur de nous parce qu'ils ne connaissent pas nos vies. [...] Parlez à votre patron de votre fin de semaine avec votre conjoint», a-t-il suggéré.

Chaque petit geste compte et fait bouger la société. Désormais, même la Bourse de New York se fait plus accueillante envers la communauté arc-en-ciel, a rapporté M. Schubert. «En juin, la cloche de Wall Street a résonné contre l'homophobie.»

325 millions de gais

L'ouverture de Out for business a par ailleurs été l'occasion d'annoncer la création de la Chambre de commerce internationale gaie et lesbienne (CCIGL).

Tel que le révélait en primeur samedi dernier le Journal, son siège social sera à Montréal, et cinq personnes y travailleront à temps plein. Le budget annuel devrait tourner autour du million de dollars.

«Il y a trois ans, c'était un rêve. Aujourd'hui, c'est vrai», a commenté M. Schubert, visiblement satisfait.

Le pouvoir économique gai ne peut plus être ignoré, a soutenu l'homme d'affaires, précisant que la planète compte plus de 325 millions de gais (5 % de la population mondiale de 6,5 milliards). «C'est plus que les États-Unis. Ça nous place dans le top 10 des puissances économiques !»

Des dizaines de conférences et d'ateliers reliés au monde des affaires se tiendront jusqu'à samedi. Les thèmes abordés iront du financement d'entreprises au lobbying en passant par les droits des travailleurs.

L'événement accueille quelque 300 participants, ce qui correspond à l'objectif fixé, selon Pascal Lépine, président de la Chambre de commerce gaie du Québec.


Vidéos

Photos