Une mère d'exception

Marie-Hélène Giguère
Journal de Québec

Chez les Brissette, on soulignera la fête des Mères avec un dîner de mets chinois, mais la journée permettra surtout aux 29 enfants handicapés qu'a adoptés Louise Brissette de lui témoigner leur amour grand comme l'univers.

L'histoire de Louise Brissette est tout, sauf banale. Physiothérapeute et osthéopathe de formation, Mme Brissette a parcouru les quatre coins de la planète. De l'Afrique à l'Amérique du Sud, sa soif de découvertes a dominé sa jeunesse. «J'ai traversé le Sahara à la boussole. D'ailleurs, notre voiture doit encore être quelque part dans le désert. Je me suis aussi rendue jusqu'à la Terre de Feu, au point le plus au sud des Amériques», a-t-elle raconté. Et dans chacun de ses périples, Louise Brissette s'est rendu compte à quel point «le moindre détail peut être grand et beau». À travers ses rencontres, elle a aussi appris à mieux se connaître. «J'avais l'impression de retrouver l'essentiel. À l'autre bout du monde, on n'est plus la soeur ou la nièce de personne, on n'est que soi-même», a-t-elle poursuivi.

Les enfants

«Lors de mes voyages, j'ai rencontré plusieurs enfants handicapés qui avaient été carrément abandonnés», a dit Louise Brissette. C'est ainsi qu'il y a 28 ans, elle a adopté son premier petit Québécois handicapé. «Et de fil en aiguille, la famille s'est élargie.» Aujourd'hui, pas moins de 29 enfants l'appellent «maman» et vivent avec elle dans la grande maison de Saint-Anselme, sur la Rive-Sud de Québec. Certains d'entre eux ont un handicap physique, d'autres un handicap mental, et quelques-uns ont les deux. «Ils m'enseignent à percevoir le monde autrement, ils m'apprennent l'abandon», a-t-elle assuré.

À la grâce de dieu

La vie de Louise Brissette, qui a aujourd'hui 60 ans, ne ressemble pas du tout à ce qu'elle aurait pu imaginer 40 ans plus tôt. «Je suis une mère traditionnelle, au foyer. J'ai appris à aimer ce qu'il faut faire et j'essaie de le transmettre à mes enfants», a-t-elle affirmé. Pour elle, le rôle de mère est un privilège. «Être mère, c'est aimer et être aimée gratuitement, pour la vie. C'est un défi qui évolue continuellement, c'est mettre sa vie en couleurs. Et moi, j'ai toujours aimé vivre dans l'absolu», a-t-elle dit en terminant.


Vidéos

Photos